Avec la menace nucléaire nord-coréenne, les habitants de l’île de Guam se réfugient dans des maisons transformées en bunker

Après les menaces de la Corée du Nord, les maisons de l'île de Guam conçues contre les tremblement de terre se transforment en abris anti-atomiques.

Lee Webber, ex-vétéran américain habite une immense maison en béton armé sur l\'île de Guam.
Lee Webber, ex-vétéran américain habite une immense maison en béton armé sur l'île de Guam. (ANGÉLIQUE FORGET / RADIO FRANCE)

Depuis plusieurs jours, le régime de Pyongyang menace de tirer quatre missiles en direction de l’île de Guam. Personne ne sait cependant si ces missiles seront ou non des missiles nucléaires. Si sur cette base avancée des États-Unis, les 163 000 habitants qui vivent au milieu de l'océan Pacifique refusent pour le moment de céder à la panique, en cas d’attaque, certains résidents pensent pouvoir trouver refuge dans leurs maisons ultra-sécurisées, comme l'a constaté sur place franceinfo.

Des forteresses en béton armé

Lee Webber habite une immense maison juchée sur un promontoire rocheux qui domine l’océan Pacifique. Une forteresse dans laquelle il se sent protégé. "Les poutres sont en béton armé et en acier", raconte ce résident de Guam. Il décrit ensuite la terrasse : "C’est aussi du béton. En fait, toute cette maison est en béton armé." En cas d'attaque de la Corée, ce vétéran de la marine américaine a tout prévu. D'abord un générateur électrique de 10 heures d’autonomie,et au fond de son jardin, une grande cuve en acier. "Elle contient près de 3 000 litres d’eau, explique Lee Webber. Il faut sceller le réservoir pour éviter la poussière en cas d’explosion."

Peur d'une attaque nucléaire

À Guam, comme il est fréquent dans la région, les habitants les plus aisés logent dans des maisons conçues pour résister aux typhons et aux tremblements de terre. Mais si Pyongyang frappe l'île, Lee Weeber le sait, son bunker ne lui permettra pas de résister au pire : "Normalement on est à 100% en sécurité dans ces maisons, peu importe les conditions. Mais on n'est pas à l'abri d'une attaque nucléaire." Pour ce vétéran de l'île de Guam, si sa maison ne résistera pas à une attaque de la Corée, la meilleure des protections reste encore le bouclier antimissiles déployé sur l’île par les États-Unis.

Les maisons ultra-sécurisées de l'île de Guam : le reportage d'Angélique Forget pour franceinfo
--'--
--'--