Mouvement Black Lives Matter : qu'est devenue la statue d'Edward Colston, déboulonnée il y cinq mois à Bristol, en Angleterre ?

La statue de ce marchand d'esclaves, inaugurée en 1895 dans le centre-ville de Bristol, ville côtière du sud-ouest de l'Angleterre, avait été déboulonnée par des manifestants lors d'une marche contre le racisme en juin dernier, avant d'être jetée à l'eau. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un socle en pierre ébréché en plein centre-ville de Bristol. C’est tout ce qui reste du monument inauguré en 1895 à la mémoire d'Edward Colston, après que sa statue a été déboulonnée par des manifestants lors d'une rassemblement contre le racisme en juin 2020. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Que faire d’une statue d’esclavagiste déboulonnée ? C’est la question qui se pose dans la ville de Bristol, au Royaume-Uni. La représentation d’Edward Colston, marchand d'esclaves de la fin du XVIIe siècle, avait été arrachée de son socle et piétinée en juin dernier, avant d'être jetée dans le port lors d’un rassemblement Black Lives Matter, un mois après la mort de George Floyd aux État-Unis.

Un socle en pierre ébréché, en plein centre-ville, sur lequel une plaque noire dit : "Erigé par les citoyens de Bristol pour se souvenir de l’un des plus vertueux et sage fils de leur ville". C’est tout ce qui reste de ce monument inauguré en 1895. La statue, elle, a été repêchée et conservée dans une salle communale, à l’abri des regards pour l’heure.

Ne reste plus aujourd'hui que la plaque du monument sur laquelle on peut lire : "Erigé par les citoyens de Bristol pour se souvenir de l’un des plus vertueux et sage fils de leur ville".  (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Le projet c’est de l’exposer bientôt dans le musée de la ville. Wish Master, rappeur de Bristol, est monté sur le socle le 7 juin dernier et a harangué la foule. Cet artiste d’origine jamaïcaine ne comprend pas pourquoi cette statue de Colston devrait se retrouver dans un musée. "Je trouve ça très bizarre. Pour moi, l’idée d’un musée, c’est de célébrer des réussites. Si les gens veulent se renseigner à son sujet, faites des recherches, il est sur internet, dans les bibliothèques. Il y a encore plusieurs bâtiments à son nom, pourquoi le mettre au musée en plus ?", interroge-t-il. 

"Cette statue déboulonnée marque un tournant"

Il ne s’agit plus de la statue elle-même juge le Pr Tim Cole, à la tête d’une commission nommée pour décider de son sort. Cet enseignant cache à peine sa satisfaction d’avoir vu la statue ainsi arrachée. Ce monument embarrassant suscitait le débat depuis des années, sans décision. Et s’il veut l’exposer désormais, c’est avec les outrages subis le jour de cette manifestation. "La plus importante question que nous posons à toute la ville c’est de quoi nous souvenons-nous, au sens : qu’avons-nous oublié de notre passé ?", explique-t-il. 

Cette statue est le début d’un voyage, je l’espère. Inviter la ville à une réflexion générale à propos de son histoire. D’où vient-on ? Et par conséquent, où veut-on aller ?

Pr Tim Cole

à franceinfo

Bristol a fait la une des journaux avec cette statue jetée à l’eau et provoqué un électrochoc. C’est le sentiment du Pr Olivette Otele, spécialiste de l’histoire de l’esclavage à l’université de Bristol. "Cette statue déboulonnée marque un tournant, même dans la vie du pays, parce qu’elle a remis en question la place de bon nombre de statues", explique-t-elle. "Très récemment, le maire de Londres, Saadiq Khan, a décidé de regarder la place et le rôle de ces statues dans le paysage londonien. D’un autre côté, en Grande-Bretagne, le passé colonial est encore source de fierté. Ce sont ces questions-là qui animent la société aujourd’hui", poursuit Olivette Otele.

Abîmée et couverte de graffitis, la statue de Colston devrait donc être exposée à nouveau mais avec des éléments de contexte : le souvenir de ces milliers d’Africains, dont de nombreux enfants, qu’il a emmenés vers une vie d’esclave ; et les raisons pour lesquelles la ville et ses notables avaient décidé d’honorer sa mémoire en érigeant un tel monument.

Ecoutez le reportage de Richard Place à Bristol
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.