Manifestation pour Adama Traoré : Anne Hidalgo “troublée” par l’ampleur de la mobilisation

C'est le signe, pour la maire de Paris sortante et candidate à sa propre succession "d'une société très fracturée dans laquelle on manque de dialogue".

FRANCE INTER / RADIO FRANCE

Anne Hidalgo s’est dite sur France Inter jeudi 4 mai "troublée de voir ce rassemblement aussi massif" mardi devant le Palais de justice de Paris en hommage à Adama Traoré et Georges Floyd. Vingt mille personnes se sont retrouvées pour dénoncer les violences policières lors d’une manifestation interdite.

"Les actes de racisme, d'antisémitisme, d'homophobie, de sexisme n'ont cessé d'augmenter dans notre société", a noté Anne Hidalgo. Le signe, pour la maire de Paris sortante et candidate à sa propre succession "d'une société très fracturée dans laquelle on manque de dialogue, dans laquelle il y a besoin de réaffirmer non pas l'autorité pour l'autorité, mais l'autorité pour la justice pour que chacune et chacun puisse vivre à égalité, ne pas se sentir stigmatisé".

"La justice doit être là et au rendez vous"

Pour Anne Hidalgo : "On ne peut pas dire que la police en France soit raciste, mais il y a des actes et la seule façon de sortir de ça, c'est par la justice et par le droit."

"Lorsqu'il y a des actes commis par des personnes qui incarnent l'autorité publique et qu'ils ont été défaillants, qu'ils ont blessé, voire même tué, et bien il faut les condamner. Et la justice doit être là et au rendez vous", a demandé Anne Hidalgo. "Nos sociétés, notre pays, ont été traversés par beaucoup de crises qui ont porté atteinte au pacte social, et qui ont sans doute attisé les différences. Il faut retrouver le chemin d’une cohésion et ça passe par le droit et la justice", a-t-elle déclaré.

Anne Hidalgo, maire de Paris, sur France Inter le 4 juin 2020.
Anne Hidalgo, maire de Paris, sur France Inter le 4 juin 2020. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)