Cet article date de plus d'un an.

George Floyd : les hommages se succèdent dans le monde

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Hommages dans le monde george Floyd
Article rédigé par
France Télévisions

Partout dans le monde, les hommages en mémoire de George Floyd se sont multipliés. Le cercueil de la victime est arrivé dans sa ville natale en Caroline du Nord, tandis que Justin Trudeau a posé le genou à terre et Michael Jordan a fait un don de 100 millions de dollars pour lutter contre les inégalités.

Le cercueil de George Floyd arrive dans son État natal, la Caroline du Nord (États-Unis), samedi 6 juin. La foule se presse pour un dernier hommage. Justin Trudeau, le Premier ministre du Canada, a lui posé un genou à terre. Il va rester ainsi 8 minutes et 46 secondes, soit l’exact temps du calvaire subi par George Floyd le 25 mai dernier. Autour de lui, la foule d’Ottawa scande : "Si on n’est pas raciste, on est antiraciste". Aux États-Unis, aux abords de la Maison-Blanche, la musique éternelle d’Aretha Franklin provoque une bataille de danse, bicolore et endiablée. De son côté, la star du basket Michael Jordan promet 100 millions de dollars aux organisations antiracistes.

Les blouses blanches pour la cause noire

Partout dans le pays, l’indignation s’empare aussi du monde du sport. Le président de la Ligue nationale de football américain livre même un mea-culpa. À Santa Monica (Californie), les surfeurs honorent également les mémoires noires à leur manière, en communiant avec l’océan. À Portland (Oregon), le poing levé, des soignants en blouses blanches se penchent au chevet de la cause noire. À Atlanta (Géorgie), des militaires dansent sur un tube, certes un peu désuet, auprès des manifestants, mais se battent ainsi symboliquement contre les maux les plus actuels. George Floyd est désormais érigé en symbole de l’oppression, en général. Pour preuve, en Australie, des aborigènes dansent pour lui, mais aussi pour eux-mêmes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mort de George Floyd

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.