VRAI OU FAKE Depuis la mort de George Floyd, les fake news se multiplient

Un nombre important d'infox sont diffusées depuis la mort de George Floyd aux États-Unis. Le vrai du faux avec la cellule #VraiOuFake de France Télévisions.

FRANCEINFO

Dans la nuit du dimanche 30 au lundi 1er juin, à Boston, des policiers semblent s'acharner sur le pare-brise d'une voiture de patrouille arrêtée en pleine rue. Des manifestants les regardent faire. L'homme qui filme la scène en la pointant du doigt accuse les policiers de vouloir endommager leur propre véhicule pour faire passer les manifestants pour des émeutiers. Mais une autre vidéo vient démentir cette version des faits. Elle a été filmée un peu plus tôt. La voiture de police est assaillie par des manifestants qui sautent à pieds joints sur son capot, son pare-brise et son toit. Une fois les casseurs partis, les policiers tentent en réalité de retirer comme ils le peuvent leur pare-brise détruit.

Un agent du FBI arrêté par erreur ?

Autre intox : dimanche 31 mai, à la nuit tombée, deux policiers blancs s'approchent d'un homme noir assis sur un banc public. Ils le menottent, fouillent ses poches, contrôlent ses papiers d'identité et, réalisant leur erreur, le libèrent. Les internautes qui partagent la séquence l'assurent : l'homme interpellé est un agent du FBI. La police de Rochester, dans le Minnesota, a donné sa version des faits dans dans un communiqué. La vidéo a été tournée en juin 2019, et les policiers croyaient avoir reconnu un suspect recherché pour agression. L'homme assis sur le banc avait l'âge et la corpulence correspondants. En consultant ses papiers, les policiers ont compris qu'ils s'étaient trompés.

Des agents de la garde nationale américaine dans une rue de Minneapolis (Etats-Unis), le 29 mai 2020, face à des manifestants réclamant justice après la mort de George Floyd survenue à la suite de son arrestation par quatre policiers.
Des agents de la garde nationale américaine dans une rue de Minneapolis (Etats-Unis), le 29 mai 2020, face à des manifestants réclamant justice après la mort de George Floyd survenue à la suite de son arrestation par quatre policiers. (KEREM YUCEL / AFP)