Vaccins contre le Covid-19 : "On a le sentiment que ce gouvernement ment", estime Ségolène Royal

Ségolène Royal, ancienne ministre et présidente de l’ONG Désir d’Avenir pour la planète, est l’invitée des "4 Vérités", jeudi 21 janvier.

France 2

Joe Biden a décidé de réintégrer les Etats-Unis à l’accord de Paris sur le climat. "Maintenant on attend que les Etats-Unis fixent l’objectif : la neutralité carbone d’ici 2050. Cela paraît loin mais c’est tout près. Cela ne va pas être simple. Il y a un point fort, c’est John Kerry. C’est grâce aux Etats-Unis que la conférence de Paris sur le climat s’est tenue", explique Ségolène Royal, ancienne ministre et présidente de l’ONG Désir d’Avenir pour la planète, invitée des "4 Vérités", jeudi 21 janvier.

A-t-on retrouvé un ami à la Maison Blanche ? "C’est évident. Le dialogue sera beaucoup plus facile. Surtout par rapport aux objectifs communs à atteindre. Les Etats-Unis s’étaient retirés des différentes actions de médiation à l’échelle mondiale. Ils avaient aussi renforcé les sanctions économiques contre l’Iran, qu’il faut lever", note Ségolène Royal.

Joe Biden devra faire face à de nombreuses crises, sanitaire, économique, identitaire. "Il est l’homme de la situation parce qu’il fait l’alliance entre son expérience et son ouverture vers la modernité", précise Ségolène Royal. Et d’ajouter : "Il ne fera pas de second mandat, et cela donne une grande liberté d’action". Joe Biden dispose d’une majorité courte au Sénat, qui pourra être renversée dans deux ans lors des élections de mi-mandat.

"Déployons l’armée pour assurer la logistique"

Faut-il un reconfinement préventif pour tenter d’éviter le variant anglais du coronavirus ? "Ce qui serait acceptable c’est que l’on ait la vérité tous les jours. On a le sentiment que ce gouvernement ment. […] Il vaudrait mieux un gouvernement qui dise : ‘Sur les masques on s’est trompé, sur les tests on s’est trompé, aujourd’hui sur les vaccins on n’a pas fait ce qu’il fallait’. C’est très insécurisant de constater que les choses sont mal gérées", juge Ségolène Royal qui estime qu’Olivier Véran "ment", "ils l’avouent presque eux-mêmes qu’ils mentent", ajoute-t-elle.

Selon l’ancienne ministre, "la vraie question qui se pose" c’est : "Est-il vrai ou non que le gouvernement français a renoncé à acheter 500 millions de doses pour avantager Sanofi ?" Ségolène Royal va plus loin : "Se sont-ils faits avoir par un mensonge de Sanofi ? Ou ont-ils volontairement ralenti la commande pensant pouvoir avantager une industrie française ?"

Comment faire pour organiser la campagne de vaccination ? "Qui est compétent en logistique dans notre pays ? C’est l’armée, à condition que les vaccins soient là. Déployons l’armée pour assurer la logistique", conclut Ségolène Royal.

Ségolène Royal, le 11 décembre 2017 à Paris.
Ségolène Royal, le 11 décembre 2017 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)