Présidentielle américaine : Erdogan félicite Biden et espère un renforcement des relations bilatérales

Le président turc ne pourra probablement plus peser sur les décisions du locataire de la Maison Blanche avec un simple coup de fil, comme il avait l'habitude de le faire avec Donald Trump.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours à Ankara, le 3 novembre 2020. (ADEM ALTAN / AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui entretient de bons rapports avec Donald Trump, a adressé mardi 10 novembre un message de félicitations à Joe Biden, vainqueur de l'élection présidentielle aux Etats-Unis, et dit espérer un renforcement des relations entre Ankara et Washington.

"Les épreuves auxquelles nous faisons face à l'échelle mondiale et régionale rendent nécessaires le développement et le renforcement de nos relations sur la base de l'intérêt partagé et des valeurs communes", a-t-il déclaré dans ce message publié par la présidence turque.

"Dans cette nouvelle période, je réitère ma détermination à travailler étroitement avec l'administration américaine dans ce cadre-là", a ajouté Recep Tayyip Erdogan Erdogan, qualifiant la relation entre la Turquie et les Etats-Unis d'"ancienne" et de "stratégique".

Une relation personnelle avec Donald Trump

En août, Ankara avait laissé éclater sa colère contre Joe Biden après la publication d'une vidéo dans laquelle le candidat démocrate qualifiait Recep Tayyip Erdogan d'"autocrate" et soulignait la nécessité "d'enhardir" ses rivaux pour qu'ils puissent le battre.

Par contraste, il est parvenu à nouer une relation personnelle avec Donald Trump, avec lequel il a notamment eu des entretiens téléphoniques décisifs ayant permis de faire pencher la balance du côté de la Turquie sur certains dossiers. La Turquie reste cependant aujourd'hui sous la menace de sanctions américaines pour avoir acheté, en dépit des pressions de Washington, des systèmes de défense anti-aérienne russes S-400.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.