Incendies en Californie : "Il faudra plusieurs semaines voire plusieurs mois" pour maîtriser la situation, selon le fondateur de Pompiers de l'Urgence Internationale

Philippe Besson invite les États-Unis à s'inspirer des techniques des pompiers du sud de la France qui ont, selon lui, un meilleur système de surveillance et d'adaptation au risque météo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un pompier à Fairfield (Californie), le 19 août 2020. (JOSH EDELSON / AFP)

La Californie fait face au deuxième incendie le plus dévastateur de son histoire. Les flammes continuent de dévaster le nord de l’État américain. Cinq personnes sont mortes en une semaine et plus de 137 000 hectares ont été réduits en cendres autour de San Francisco, malgré les efforts des 1 400 pompiers mobilisés. Ces feux ont été déclenchés par une série d’orages et des milliers d’éclairs. 120 000 personnes ont dû quitter leur maison.

"Je pense qu'il faudra au minimum plusieurs semaines voire plusieurs mois" pour maîtriser la situation, a estimé, sur franceinfo dimanche 23 août, Philippe Besson, président fondateur de Pompiers de l'Urgence Internationale (PUI), association humanitaire animée par des pompiers bénévoles. Depuis deux ans, régulièrement l’été et l’automne, d’immenses incendies ravagent la Californie. En 2018, ces feux avaient tué 86 personnes.

franceinfo : Comment expliquer ces incendies si violents. Se multiplient-ils ?

Philippe Besson : Les incendies se multiplient et je pense qu'il y a deux causes principales. D'une part, une cause environnementale parce que la végétation de la Californie est très combustible et depuis quelques années on assiste à une augmentation très importante des températures moyennes, des vents qui soufflent très violemment, des orages qui se déclenchent, un taux d'humidité vraiment très, très faible. Ce sont les conséquences du réchauffement climatique.

Comment expliquer qu’un État comme celui de la Californie, riche, bien équipé, avec des pompiers bien formés puisse être à ce point submergé ?

Quand on voit le nombre d'évacués, les surfaces détruites, on est vraiment dans une dimension extraordinaire. Il y a également l'urbanisme qui n'est pas du tout maîtrisé, on retrouve désormais des habitations en plein milieu de la forêt, ce qui complique la tâche des secours.

Les évacuations de populations sont également rendues compliquées par la présence du Covid, des personnes refusent d'être hébergées dans des lieux collectifs à cause du risque de contamination.

Philippe Besson, fondateur de Pompiers de l'Urgence Internationale

à franceinfo

Les pompiers assurent contenir 15% de l’incendie. Sont-ils impuissants face à un tel brasier ? 

Les pompiers en sont maintenant réduits à des mesures de prévention, à développer des systèmes de cartographie, à favoriser les évacuations et ils attendent une modification de la météo, peut-être la pluie qui devrait arriver dans quelques semaines ou quelques mois. La situation dramatique va durer. Il faut que la météo se modifie pour qu'ils puissent gagner le combat.

Les pompiers américains ont-ils besoin de renforts, notamment français ?

Je ne pense pas que les États-Unis fassent appel à des renforts internationaux. Nous l’avons fait l’année dernière pour les feux en Australie. On avait proposé un appui logistique pour assister les personnes évacuées ou relayer les pompiers dans les centres de secours. C’est difficile de la part de la France d’envoyer des moyens matériels ou alors il faudrait envoyer des experts pour les aider dans les systèmes de contre-feux par exemple. 

Il faudrait que les États-Unis s'inspirent des méthodes françaises, de surveillance, de détachements préventifs, des colonnes de secours qui sont déplacées lorsque le risque météo est très important, comme en ce moment dans le sud de la France. Et peut-être adapter leurs moyens matériels, leurs véhicules, pour des feux en massifs forestiers, ils ont l'air très peu équipés.

Combien de temps faudra-t-il pour venir à bout de ces incendies ?

Je pense qu'il faudra au minimum plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour maîtriser la situation. Il faut vraiment qu'il y ait une prise de conscience collective parce que le réchauffement climatique est en train de s'aggraver et les conséquences vont être dramatiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.