Fusillade dans le métro de New York : ce que l'on sait de l'attaque qui a fait 23 blessés

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
La police bloque l'entrée de la station de métro de la 36e rue, à New York (Etats-Unis), le 12 avril 2022. (MOSTAFA BASSIM / ANADOLU AGENCY / AFP)

Parmi les blessés, dix ont été touchées par les balles du tireur et treize autres personnes ont été blessées dans la bousculade. Le principal suspect a été arrêté mercredi.

Une fusillade en pleine heure de pointe. Un homme a tiré à plusieurs reprises sur les passagers d'une rame de métro à Sunset Park dans le quartier de Brooklyn, après y avoir lancé des fumigènes, mardi à 8h24. Le bilan fait état de 23 blessés, dont dix par balles. "Nous avons vraiment eu de la chance que cela n'ait pas été beaucoup plus grave", a déclaré la cheffe de la police de New York lors d'une conférence de presse. Un suspect a été arrêté mercredi 13 avril, au terme d'une longue chasse à l'homme. Franceinfo revient sur ce que l'on sait de ce drame.

Un homme masqué a tiré sur des passagers

Alors que les rames du métro new-yorkais sont bondées, un homme portant un masque à gaz "a ouvert deux bonbonnes qui ont laissé s'échapper de la fumée dans la rame", a rapporté Keechant Sewell, la cheffe de la police de la ville. "Il a ensuite tiré sur nombre de passagers quand le train entrait dans la station de la 36e rue" dans le quartier de Brooklyn. 

L'auteur de l'attaque a tiré 33 balles dans le métro. Sur place, les enquêteurs ont retrouvé "une arme de poing Glock de 9 mm, trois chargeurs de munitions, une hachette, des engins explosifs non déclenchés, un liquide supposé être de l'essence", précise le New York Times (en anglais), ainsi qu'une clé de véhicule qui leur a permis de remonter jusqu'à une camionnette du loueur américain U-Haul, récemment louée et abandonnée dans Brooklyn.

Un suspect a été arrêté

Après l'attaque, la police a lancé une véritable chasse à l'homme pour retrouver "un homme noir" mesurant environ 1m65 et "de forte corpulence". Un suspect a été interpellé mercredi après-midi. La police a déclaré avoir placé en garde à vue Frank Robert James, 62 ans. 

Pour le retrouver, la police avait diffusé des photos de l'homme qui avait loué le van, sans préciser qu'il s'agissait du suspect. Une récompense de 50 000 dollars était promise par les autorités, selon le New York Times.

Le maire démocrate de New York, Eric Adams, a déploré qu'au moins une caméra de sécurité à la station de métro de la 36e rue, où a eu lieu la fusillade, soit hors-service.

Au moins 23 personnes ont été blessées

"On aurait dit que c'était planifié. (...) On était coincés dans la rame. (...) Il y avait beaucoup de sang sur le sol", a raconté l'un des passagers sur CNN. Des photos et des vidéos amateur ont montré des flaques de sang et des personnes gisant sur le plancher d'une rame, ainsi que sur le quai de la 36e station de métro à Sunset Park.

Un passager qui voyageait dans le train sur le quai d'en face, a confié au New York Times, avoir attrapé un jeune homme qui avait reçu une balle dans la jambe et qui saignait abondamment. "Il avait tellement peur", a-t-il témoigné. Le jeune homme lui a également dit qu'il avait vu le tireur pour la première fois à la station New Utrecht Avenue, quatre arrêts avant la 36e rue.

Parmi les victimes, dix ont été touchées par balle, dont cinq sont dans un état critique, mais stable, ont précisé la police et les pompiers de New York. Les treize autres ont été blessées dans la bousculade pour sortir du métro ou à cause des inhalations de fumée. Le quartier de la 36e rue et de la 4e avenue, autour de la station de métro, a été bouclé une grande partie de la journée de mardi et de nombreuses victimes ont été soignées sur place.

La police confirme une attaque terroriste

Même si les motivations du tireur ne sont pas encore connues, la police, qui a ouvert une enquête, avait écarté dans un premier temps la piste terroriste. "Aucun explosif n'a été retrouvé dans le métro et il n'y a pas d'enquête ouverte pour acte de terrorisme", avait affirmé Keechant Sewell.

Mais à la suite de l'arrestation du principal suspect, Frank Robert James, le directeur adjoint en charge du bureau extérieur du FBI à New York, Michael Driscoll, a déclaré qu'il faisait désormais "face à des charges fédérales pour ses actions : une attaque terroriste dans les transports publics", rapporte Fox News (en anglais). Il sera poursuivi pour "attaque terroriste", en vertu d'une loi qui prohibe les "attaques terroristes et autres violences contre (...) des transports en commun", a annoncé le procureur fédéral Breon Peace lors d'une conférence de presse mercredi soir, précisant que le suspect encourt la prison à perpétuité.

Selon la police new-yorkaise, Frank Robert James aurait publié diverses vidéos sur YouTube, dans lesquelles il se livre à de longues tirades politiques, parfois virulentes, dans lesquelles il évoque les questions raciales, l'insécurité à New York, notamment dans le métro, et s'en prend aux personnes homosexuelles, ou encore au maire de New York"Il y a eu des publications qui pourraient être liées à la personne qui nous intéresse, où il mentionne les sans-abri, où il mentionne New York, où il mentionne le maire Adams", a confirmé la cheffe du NYPD.

Elu en novembre sur des promesses de sécurité, le maire démocrate et ancien policier, Eric Adams, avait annoncé en février vouloir renforcer la sécurité dans les métros en délogeant plus de 1 000 sans-abri qui s'y réfugient régulièrement, rapporte le New York Times (en anglais). Depuis le début de la pandémie de Covid-19, New York est confrontée à une hausse de la criminalité et le nombre d'homicides est passé de 319 en 2019 à 488 en 2021.

Joe Biden a salué le courage des civils

"Nous ne lâcherons rien tant que nous n'aurons pas trouvé l'auteur du crime", a promis le président des Etats-Unis, Joe Biden, en déplacement dans l'Iowa. Il a également salué, sur Twitter,  "les premiers intervenants et les civils qui sont passés à l'action".

La veille, Joe Biden avait annoncé des mesures contre certaines des armes à feu qui prolifèrent aux Etats-Unis, et qui ont tué 45 000 personnes dans le pays en 2021, suicides inclus, selon l'organisation Gun Violence Archive.

De son côté, la gouverneure de l'Etat de New York, Kathy Hochul, a fait par de sa colère. "Nous en avons assez de lire les gros titres sur la criminalité, qu'il s'agisse de fusillades ou de la perte d'une adolescente ou d'un jeune de 13 ans. Cela doit s'arrêter", a-t-elle lancé, faisant allusion à plusieurs victimes récentes, dont des enfants, de fusillades ou de balles perdues.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.