Tuerie raciste à Buffalo : Joe Biden dénonce le "poison" du suprémacisme blanc

Un jeune homme de 18 ans adepte de la théorie complotiste et raciste du "grand remplacement" a commis samedi un massacre au fusil d'assaut, tuant dix personnes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président des Etats-Unis, Joe Biden, le 17 mai 2022 lors de sa visite à Buffalo, après la fusillade qui a fait dix morts le samedi précédent. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Joe Biden a dénoncé avec véhémence, mardi 17 mai, le "poison" du suprémacisme blanc et ceux qui contribuent à le répandre, après une tuerie raciste qui a fait dix victimes samedi à Buffalo (nord-est). Dans cette ville de l'état de New York, où un jeune homme adepte de théories complotistes et racistes telles que celle du "grand remplacement" a commis un massacre au fusil d'assaut samedi, le président américain a parlé d'un acte de "terrorisme intérieur".

Evoquant cette thèse raciste du "grand remplacement", Joe Biden, très ému et solennel, a asséné : "J'appelle tous les Américains à rejeter ce mensonge et je condamne tous ceux qui le répandent pour gagner du pouvoir, des voix, de l'argent". "Ceux qui prétendent aimer l'Amérique ont donné trop de combustible à la haine et à la peur", a encore lancé le démocrate de 79 ans, sans toutefois mentionner de noms ou d'affiliation partisane. Les Etats-Unis ont connu ces dernières années plusieurs tueries visant des Afro-Américains, des juifs, des personnes d'origine latino-américaine.

Le président a une nouvelle fois appelé à réguler les armes à feu : "Je ne suis pas naïf. Je sais que la tragédie se reproduira (...) Mais il y a des choses que nous pouvons faire. Nous pouvons bannir les armes d'assaut de nos rues." L'organisation Gun Violence Archive décompte déjà cette année plus de 200 "fusillades à nombreuses victimes" dans le pays, au cours desquelles au moins quatre personnes ont été blessées ou tuées à chaque fois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Contrôle des armes aux Etats-Unis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.