Etats-Unis : plus de 38 000 personnes ont été tuées par balles en 2016, selon Amnesty international

Dans un rapport, l'ONG égrène les "chiffres alarmants" de la violence armée aux Etats-Unis et appelle à une "meilleure réglementation".

Des pistolets Remington, dans une armurerie de Stokedale (Caroline du Nord, Etats-Unis), le 26 mars 2018.
Des pistolets Remington, dans une armurerie de Stokedale (Caroline du Nord, Etats-Unis), le 26 mars 2018. (BRIAN BLANCO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"Une femme a perdu ses quatre enfants à cause de la violence armée à Chicago." Ainsi commence le rapport d'Amnesty International (en anglais), publié mercredi 12 septembre, intitulé "Dans la ligne de mire". L'ONG y égrène les "chiffres alarmants" de l'année 2016, les plus récentes disponibles, sur la violence armée aux Etats-Unis, en prenant en compte les personnes blessées, les homicides mais aussi les cas de suicides. "En 2016, plus de 38 000 personnes ont été tuées", précise Amnesty, qui accuse "le gouvernement des États-Unis" d'avoir "laissé la violence armée dégénérer en crise des droits humains". Le chiffre semble en effet en progression : selon des statistiques gouvernementales, 36 252 personnes ont été tuées par balles en 2015 aux Etats-Unis.

En moyenne, chaque journée de 2016 aux Etats-Unis, 317 personnes ont été touchées par des tirs et 106 en sont mortes, détaille l'ONG. Sur l'année, 38 658 personnes sont mortes par balles : 22 938 en se suicidant, et 14 415 victimes d'homicides. En tout 116 000 personnes ont été blessées. Parmi les victimes des armes à feu, en 2016, Amnesty compte 1 637 enfants morts.

"Un meilleure réglementation est possible"

Les armes à feu sont également présentes dans les affaires de violence domestique. "Plus de la moitié des femmes tuées aux Etats-Unis l'ont été par leur ancien ou actuel partenaire, la plupart par arme à feu", ajoute encore Amnesty international.

Selon l'ONG internationale, cette violence armée touche de façon disproportionnée les communautés noires américaines. "Alors que les Afro-Américains représentent 13% de la population, ils comptent pour 58,5% des victimes d'homicide par arme à feu", dénonce Amnesty international. 

Un homme noir âgé de 15 à 34 ans a 20 fois plus de risque d'être tué par balle qu'un homme blanc de la même tranche d'âge.Amnesty International

Pour Amnesty international, qui rappelle que dans 30 Etats américains, la détention d'armes est autorisées sans licence ni permis, "une meilleure réglementation est possible" à l'échelle fédérale : "vérifications poussées des antécédents des acheteurs", "formation des détenteurs d'armes", "interdiction des fusils d'assaut semi-automatiques et des autres armes de type militaire", "stockage obligatoire et sûr".