Turquie : fin du règne sans partage pour Erdogan

Le résultat des législatives marque la fin de la mainmise du parti du président Erdogan et la percée historique des Kurdes. L'AKP perd la majorité absolue au Parlement.

France 3

En Turquie, le leader du parti kurde est déjà comparé à Alexis Tsipras, le Premier ministre grec. Il faut dire qu'il a réussi son pari, dimanche 7 juin, lors des législatives. Avec 13% des voies, il prive l'AKP, le parti au pouvoir, d'une majorité absolue au Parlement. "C'est la victoire de tous les opprimés : les Turcs, les Kurdes, les Arabes, les Caucasiens, les Arméniens, Les Bosniaques" s'est exprimé Selahattin Demirtas, chef du parti kurde HDP (Parti démocratique du Peuple) lors de la tombée des résultats.

Vers un gouvernement de coalition

C'est une défaite pour le parti islamo-conservateur de Recep Erdogan. L'AKP dégringole de dix points par rapport aux dernières élections législatives. Le président a dès aujourd'hui plaidé pour un gouvernement de coalition. Il devra composé avec les sociaux-démocrates arrivés en 2e position ou avec la droite nationaliste, au sein d'un nouveau Parlement qui comptera 96 femmes, un record pour le pays.

Le JT
Les autres sujets du JT
Recep Tayyip Erdogan et les membres du Conseil militaire suprême devant le mausolée d\'Atatürk Ankara (Turquie), le 1er Août  2011 
Recep Tayyip Erdogan et les membres du Conseil militaire suprême devant le mausolée d'Atatürk Ankara (Turquie), le 1er Août  2011  (CEM OKSUZ / A.A./ SIPA)