Un légionnaire de 21 ans a été "tué au combat" au Mali, annonce l'Elysée

"Grièvement blessé par balle à la tête", lundi, Kévin Clément a succombé à ses blessures après son évacuation vers Gao, selon l'armée de terre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le légionnaire Kévin Clément, tué au combat le 4 mai 2020 au Mali. (ARMEE DE TERRE)

Un légionnaire du 1er régiment étranger de cavalerie de Carpiagne (Bouches-du-Rhône) a été "tué au combat", lundi 4 mai, "lors d'une opération de luttre contre les groupes armés terroristes au Mali", annonce l'Elysée. Né à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), Kévin Clément était âgé de 21 ans, célibataire et sans enfant, selon l'armée de terre.

Ce "légionnaire très prometteur" avait été déployé au Mali au sein de la force Barkhane en février dernier, selon l'Etat-major. Ce lundi, il a été "pris à partie" et "grièvement blessé par balle à la tête" lors d'une "action de combat contre les groupes armés terroristes dans le Liptako malien", la région proche des frontières avec le Burkina Faso et le Niger. Il a succombé à ses blessures après son évacuation vers Gao.

Emmanuel Macron "adresse ses très sincères condoléances à sa famille et à ses frères d’armes, de la légion étrangère et de l’armée de terre, déjà endeuillés par le décès vendredi dernier du brigadier Martynyouk, du même régiment", précise l'Elysée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.