Opération Barkhane : un brigadier tué au Mali

Publié
Opération Barkhane : un brigadier tué au Mali
France 3
Article rédigé par
H.Huet, M.De Chalvron, A.C-Poignard, R.Mathé, A.Canestraro - France 3
France Télévisions

Il avait 24 ans. Le brigadier Alexandre Martin, affecté à l'opération Barkhane, a été tué samedi 22 janvier au Mali. Une attaque au mortier, qui n'a toujours pas été revendiquée, a visé le camp français de Gao.

Le brigadier Alexandre Martin avait 24 ans. Dans un communiqué, l'Élysée a annoncé son décès dimanche 23 janvier. "C'est avec une très vive émotion que le président de la République a appris la mort au Mali du brigadier Alexandre Martin." Le soldat était arrivé il y a trois mois, à Gao, la principale base militaire française au Mali. Samedi 22 janvier, peu avant 17 heures, une dizaine d'obus de mortier s'abattent sur le camp. Alexandre Martin est grièvement blessé, et décède peu après. La position des tirs est repérée : aussitôt, une patrouille d'hélicoptères d'attaque s'élance. Les assaillants sont tués, l'attaque n'a toujours pas été revendiquée.


Présence militaire française contestée


Le militaire avait effectué toute sa carrière au sein du 54e régiment d'infanterie de Hyères (Var). L'attaque contre la base de Gao survient dans un contexte délicat : la présence militaire française est contestée. "Nous avons face à nous une junte qui refuse la transition démocratique", souligne Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées. La rue malienne manifeste de plus en plus son hostilité envers la présence française. Il y a 5 000 soldats français au Mali aujourd'hui, il ne devrait plus en rester que la moitié dans un an.


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.