Cet article date de plus d'un an.

Biélorussie : "Le pouvoir n’a jamais été aussi faible et illégitime"

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Biélorussie : "Le pouvoir n’a jamais été aussi faible et illégitime"
franceinfo
Article rédigé par
Christophe Gascard - franceinfo
France Télévisions

Alexandra Goujon, politologue spécialiste des pays d’Europe de l’Est, est l’invitée du 23h de franceinfo lundi 17 août pour évoquer la situation en Biélorussie.

"Nous sommes à un tournant. Le pouvoir en Biélorussie n’a jamais été aussi faible et illégitime. Il y a une défiance à l’égard d’Alexandre Loukachenko y compris dans ses bastions électoraux que sont les cités industrielles", estime la politologue Alexandra Goujon.

"Il y a un accord de défense entre la Biélorussie et la Russie qui concerne plutôt une menace extérieure. Pour l’instant, Vladimir Poutine est resté discret", souligne la spécialiste des pays d'Europe de l'Est.

Pause dans la répression

Svetlana Tikhanovskaïa "réussit à mobiliser toute l’opposition et à cristalliser toute la défiance à l’égard du chef de l’État. Sa candidature a été validée contrairement à celle de son mari qui est en prison. Elle-même a été victime dans sa propre famille de répression. C’est ce qui lui a donné le courage voire le devoir de se présenter", rappelle-t-elle sur franceinfo lundi 17 août.

"Depuis le 13 août, il n’y a pas de répression des manifestations pacifiques. Mais il y a encore des personnes disparues et d’autres incarcérées. Svetlana Tikhanovskaïa a commencé à créer un conseil de coordination pour faire un transfert du pouvoir. L’OSCE a proposé de jouer les médiateurs lundi soir", conclut Alexandra Goujon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vladimir Poutine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.