Cet article date de plus de cinq ans.

L'Egypte et l'Arabie saoudite sont candidates au rachat des navires Mistral

L'information a été révélée par "Le Monde", vendredi 7 août. Les deux navires de guerre étaient initialement destinés à la Russie, avant que la France renonce à les vendre en raison de la crise ukrainienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Hollande le 6 août 2015, lors de l'inauguration de l'extension du canal de Suez, en Egypte. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

Un voyage fructueux ? La visite de François Hollande en Egypte jeudi 6 août, à l'occasion de la cérémonie d’inauguration de l’extension du canal de Suez, aura permis de trouver au moins deux candidats à l'achat des deux navires Mistral initialement destinés à la Russie. 

En effet, selon Le Monde, "Le Caire est candidat au rachat des deux navires de guerre Mistral construits par la France pour la Russie", et Riyad également. "L’Egypte et l’Arabie saoudite sont prêts à tout pour acheter les deux Mistral", confie au quotidien une source officielle française.

"Constituer une flotte digne de ce nom en Egypte"

 "Le roi Salmane d’Arabie saoudite veut constituer une flotte digne de ce nom en Egypte, qui pourrait avoir une force de projection régionale, en mer Rouge et en Méditerranée", affirme une source diplomatique citée par Le Monde. 

Depuis le renversement du président égyptien Mohamed Morsi, en juillet 2013, et son remplacement par le maréchal Sissi, Egypte et Arabie saoudite se sont beaucoup rapprochés. Les deux pays ont d'ailleurs signé, le 30 juillet au Caire, un accord de coopération sécuritaire et économique, qui constitue une "nouvelle étape dans la mise sur pied d’une force arabe commune", analyse Le Monde. Cette "force arabe commune" a déjà combattu au Yémen les miliciens houthistes, pour contrer l'influence de l'Iran.

Le Monde rappelle également que l'Egypte reste sourde aux appels des associations humanitaires à cesser les atteintes aux droits de l'homme. Le général Sissi mène une féroce répression contre les partisans des Frères musulmans et les opposants de gauche, qui a déjà fait des centaines de morts et des milliers de prisonniers.

"Il n'y aura aucune difficulté pour trouver preneur"

Le président François Hollande avait déclaré, jeudi 6 août, que la France n'aurait "aucune difficulté" à trouver des acheteurs pour ses deux navires de guerre Mistral. "Ces bateaux suscitent une certaine demande de la part de beaucoup de pays, et il n'y aura aucune difficulté pour trouver preneur", a expliqué le président. Les noms du Canada ou de Singapour avaient alors été évoqués comme acquéreurs possibles.

La vente à la Russie avait été annulée en raison de la crise ukrainienne. La France doit rembourser plus d'un milliard d'euros à Moscou, aux termes d'un accord trouvé entre les deux pays. Les deux navires ne sont pas immédiatement opérationnels pour d'autres acquéreurs, puisqu'ils ont été imaginés et conçus par la marine russe. Avant que d'autres équipages puissent les utiliser, il faudra démonter certains équipements. L'ensemble de ces opérations coûtera plusieurs dizaines de millions d'euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mistral

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.