Rébellion de Wagner : que va devenir Evgueni Prigojine ?

Deux jours après la tentative de rébellion avortée, Evgueni Prigojine, chef du groupe paramilitaire Wagner doit officiellement se réfugier en Biélorussie, mais en réalité on ne sait pas où il se trouve en ce moment.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Cette image est tirée d'un document publié le 24 juin 2023 sur le compte Telegram du service de presse de la Concorde. (HANDOUT / TELEGRAM / CONCORDGROUP_OFFICIAL)

Une insurrection qui s'arrête à 200 km des portes de Moscou dans l'un des états les plus autoritaires au monde, le pouvoir absolu de Vladimir Poutine qui vacille et un dénouement complètement ubuesque, réglé par le dictateur biélorusse, Alexandre Loukachenko négociant l'arrêt de la rébellion. Moscou a connu un scenario aussi hallucinant qu'inquiétant samedi 24 juin. Le lendemain, le calme était revenu dans le pays. Les mercenaires de Wagner sont rentrés dans leurs garnisons. Mais de nombreuses questions demeurent après cette épisode de très haute tension. Notamment quid du devenir du principal acteur de cette séquence : Evgueni Prigojine. 

Le patron de la milice Wagner a quitté Rostov dans la nuit de samedi à dimanche, acclamé par ses hommes, salué par une partie des habitants. Et depuis silence radio. Lundi 26 juin, on ne sait pas où il est passé. Officiellement il doit être réfugié en Biélorussie, l'échappatoire que lui a accordé le pouvoir russe. Un accord garanti par la parole de Vladimir Poutine a expliqué le porte-parole du Kremlin. Mais on ne sait pas où est est en réalité Evgueni Prigojine et sa situation apparaît extrêmement périlleuse, car malgré l'annonce du Kremlin, le chef du groupe paramilitaire Wagner est toujours visé par une enquête pénale pour sa rébellion avortée, rapportent lundi des agences de presse russes. Si ce n'est le Kremlin, l'armée et les services de sécurité sur qui il a craché pendant des mois risquent de ne pas lui pardonner de sitôt son aventure. Les responsables militaires ou politiques sur lesquels il semblait compter pour le soutenir dans sa tentative de rebellion l'ont manifestement lâché en cours de route. Il est seul aujourd'hui, et l'avenir de sa compagnie militaire privée est également incertain. 

Moment charnière pour l'avenir de Wagner

Son exil peut potentiellement avoir d'énormes conséquences car Wagner est le bras armé de la politique africaine du Kremlin, présent dans une dizaine de pays notamment le Mali et la Centrafrique où les mercenaires russes ont remplacé tout ou partie de la présence militaire française. Aujourd'hui la question se pose de savoir comment Wagner peut encore continuer à effectuer des missions pour le compte de l'État russe, sachant que Evgueni Prigojine est aussi présent en Afrique parce qu'il y a des intérêts financiers, miniers notamment, qu'il n'a probablement pas l'intention de lâcher. On est donc à un moment charnière. Evgeuni Prigojine est évidemment fragilisé, mais face à un pouvoir russe désormais lui aussi fragilisé, la situation est potentiellement explosive. L'accord de samedi n'a probablement rien réglé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.