Russie : l'opposant Alexeï Navalny condamné à neuf ans de prison pour "escroquerie" et "outrage à magistrat"

Le militant et avocat était jugé depuis mi-février derrière les murs de sa colonie pénitentiaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'opposant russe Alexeï Navalny (à gauche) dans une liaison vidéo pendant son procès dans la ville de Pokrov, dans la région de Vladimir, le 22 mars 2022. (AFP)

Nouvelle illustration de la répression croissante en Russie. Alexeï Navalny, principal opposant à Vladimir Poutine, a été déclaré coupable d'"escroquerie" et d'"outrage à magistrat", et condamné à neuf ans de prison par une juge russe, mardi 22 mars. 

La juge a ajouté à cette peine un an et demi de liberté surveillée et 1,2 million de roubles d'amende, soit environ 10 000 euros au taux du jour, alors que le détracteur du Kremlin est déjà emprisonné depuis plus d'un an. Alexeï Navalny est jugé depuis mi-février derrière les murs de sa colonie pénitentiaire, à 100 km à l'est de Moscou, dans un tribunal improvisé. 

Les enquêteurs accusent Alexeï Navalny d'avoir détourné des millions de roubles de dons versés à ses organisations de lutte contre la corruption et d'"outrage au tribunal" au cours d'une de ses précédentes audiences. Lui dénonce des accusations fictives et commandées par le Kremlin, afin de le maintenir en prison le plus longtemps possible. Le parquet avait requis la semaine passée que la peine de deux ans et demi de détention que l'opposant purge depuis un peu plus d'un an soit portée à 13 années d'emprisonnement.

Vers des conditions de détention encore durcies

Alexeï Navalny est apparu à l'audience vêtu de son uniforme de bagnard, le visage amaigri, écoutant l'énoncé du verdict les mains dans les poches, entre deux rires et discussions avec ses avocats. Il devra purger sa peine dans une "colonie pénitentiaire de régime sévère", ce qui signifie que ses conditions de détention vont devenir plus strictes. 

Ses avocats, eux, ont été arrêtés devant la prison juste après le verdict, a constaté l'AFP. Olga Mikhaïlova et Vadim Kobzev ont été interpellés au motif, semble-t-il, qu'ils gênaient la circulation automobile en parlant avec la presse. Ils ont ensuite été relâchés. 

En juin 2021, les organisations d'Alexeï Navalny, qui militaient depuis des années dans toute la Russie, ont été désignées "extrémistes" et interdites, poussant à l'exil de nombreux militants pour éviter des poursuites. D'autres ont depuis été arrêtés et risquent de lourdes peines de prison. Cette répression inlassable, qui s'est accompagnée de l'interdiction des derniers médias et ONG critiques du Kremlin, a suscité un tollé dans les pays occidentaux et des sanctions contre Moscou. 

"Poutine a peur de la vérité, je l'ai toujours dit. La lutte contre la censure, amener la vérité aux habitants de la Russie, reste notre priorité", a réagi Alexeï Navalny mardi sur Twitter, après l'annonce de sa condamnation. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alexeï Navalny

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.