Condamnation d'Alexeï Navalny : le verdict marque la "volonté" du pouvoir russe "d'intimider l'opposition", analyse le politologue Florent Parmentier

L'opposant politique russe Alexeï Navalny, déjà incarcéré, a été condamné à 19 ans de prison pour "extrémisme" vendredi 4 août.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
L'opposant politique russe emprisonné Alexeï Navalny, le 31 mai 2023 lors d'une comparution judiciaire à Moscou. (MOSCOW CITY COURT PRESS SERVICE/HANDOUT / MAXPPP)

La condamnation d'Alexeï Navalny est "une nouvelle démonstration, de la part du pouvoir russe, de sa volonté d'intimider l'opposition en lui infligeant des peines massues", a expliqué vendredi 4 août sur franceinfo Florent Parmentier, secrétaire général du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), directeur du site Eurasiaprospective.net. Il réagissait à la condamnation d'Alexeï Navalny, principal opposant à Vladimir Poutine, à 19 années de prison pour "extrémisme" à l'issue d'un procès à huis clos.

>> RÉCIT. Comment Alexeï Navalny est devenu le symbole de l'opposition à Vladimir Poutine

franceinfo : Est-ce que la condamnation d'Alexeï Navalny était attendue ?

Florent Parmentier : C'est un verdict sans surprise, dans la mesure où les six chefs d'accusation ont donné 19 ans d'emprisonnement. Le procureur en avait proposé 20. Il y a en outre 850 000 roubles de demandés à titre d'amende. Et l'ancien directeur technique de la chaîne YouTube de Navalny a été également condamné à huit ans de prison.

Ces peines sont extrêmement lourdes. Elles ne sont pas surprenantes. On peut voir dans la condamnation d'Alexeï Navalny une nouvelle démonstration de la part du pouvoir russe, de sa volonté d'intimider l'opposition en lui infligeant des peines massues.

Est-ce que l'opinion russe est au courant de cette condamnation et qu'en pense-t-elle ?

Alexeï Navalny est une personnalité connue en Russie. C'est la personne dont Vladimir Poutine ne donne pas le nom. Mais il a une certaine notoriété. En 2013, il était candidat à la mairie de Moscou. Il faut se souvenir également que, en août 2020, après son emprisonnement qui avait lieu dans un avion à destination d'Omsk, il avait pu fuir, être soigné à Berlin, avant de revenir en Russie, tout en sachant qu'il encourrait un certain nombre de peines. Donc son courage a été, à ce moment-là, constaté par l'opinion publique russe. Est-ce que pour autant une mobilisation de l'opinion publique est à attendre en soutien à Alexeï Navalny ? Pour le moment, ce qu'on voit, c'est que le pouvoir russe entend tenir sa population plus qu'avant, parce que le niveau d'opposition est plus élevé.

"L'intimidation de l'opposition de la part du gouvernement fait partie des priorités du pouvoir en place."

Florent Parmentier

à franceinfo

Il y a en Russie à la fois ce qu'on peut appeler une opposition dans le système, tolérée par le régime, et une opposition hors système qui est plus radicale. Alexeï Navalny fait évidemment partie de cette opposition hors système. En dépit des soutiens internationaux réels d'Alexeï Navalny, en dépit des soutiens qu'Alexeï Navalny, par ses activités anticorruption, avait réussi à susciter en Russie, on peut penser que ces alliances, à la fois extérieures et intérieures, ne suffiront pas à mettre suffisamment de pression sur le régime de manière qu’il libère Alexeï Navalny.

Est-ce qu'il faut craindre pour la vie d'Alexeï Navalny ?

Alexeï Navalny est aujourd'hui une personne de 47 ans. Mais deux ans derrière les barreaux comptent pour plusieurs années. Si l'on devait s'attendre à ce qu'il soit libéré au bout de 19 ans, cela l'amènerait à 66 ans et on ne sait pas s'il sera en mesure de supporter cette durée. Ce qui est certain, c'est qu'Alexeï Navalny, à un moment de moindre tension entre la Russie, les États-Unis et les Européens, probablement après la guerre en Ukraine, pourrait être une excellente monnaie d'échange pour un régime politique, que ce soit Vladimir Poutine lui-même ou que ce soit un successeur.

Ce qui est certain, c'est que dans la même position, Mikhaïl Khodorkovski, qui était le patron de Ioukos au début des années 2000, la grande entreprise pétrolière russe, avait été emprisonné, mais avait dû son salut à une libération qui était advenue peu avant les Jeux olympiques de Sotchi. Il est à espérer pour Alexeï Navalny qu'il y ait une autre occasion et qu'il puisse être libéré de cette manière dès que possible.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.