Obsèques du prince Philip : 100 jours de célébrations au Vanuatu pour honorer "le fils du dieu de Tanna"

Sur l'île volcanique de Tanna, l'époux de la reine Elizabeth mort le 9 avril, est vénéré comme un dieu. Les habitants ont entamé un long rite funéraire et s'inquiètent de savoir si leur lien spirituel avec le prince sera transmis à l'un de ses petits-enfants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des villageois de l'île de Tanna au Vanuatu rendent hommage le 12 avril 2021 au prince Philip, leur dieu disparu. (DAN MCGARRY / AFP)

Alors que le Royaume-Uni enterre samedi 17 avril le prince Philip, compagnon indéfectible de la Reine Elizabeth pendant 73 ans, un rite funéraire a déjà débuté à 16 000 kilomètres du château de Windsor, au sud de l’océan Pacifique.

Des hommes de deux tribus de villages reculés du Vanuatu, quasi nus,  se sont réunis. Ils portent fièrement des portraits du prince, décédé le 9 avril. Le chef du village explique aux médias locaux : "Il est mort, mais il y a une grande famille qui portera son héritage. Vous voyez toutes les photos qu’on a de lui ici. C'est un homme bon", affirme-t-il.

Le lien spirituel est-il rompu ?

Si Philip était très apprécié des Britanniques, il est vénéré sur l'île volcanique de Tanna. Cet amour pour le prince est né d'une légende. Il serait le fils du dieu de Tanna, parti à la guerre et qui devait épouser une puissante femme, selon la prophétie. Dans les années 1970, après la visite de la reine Elizabeth et de son mari Philip au Vanuatu, un véritable culte débute.

Aujourd'hui, les deux tribus pleurent leur dieu disparu. Le rite funéraire devrait durer cent jours, durant lesquels les anciens des villages vont se réunir autour d'un vieux figuier avec cette interrogation : le lien spirituel qui les relie au prince Philip est-il rompu ? Va-t-il se transmettre au prince Charles, au prince William ? Pour l'un des chefs, il est trop tôt pour le dire.

Le Vanuatu pleure le prince Philip. Reportage d'Elise Delève.
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.