Irlande du Nord : Londres menace d'agir unilatéralement pour assouplir les dispositions douanières post-Brexit

Le gouvernement du Royaume-Uni menace d'assouplir les dispositions douanières post-Brexit en Irlande du Nord, pour régler la crise politique dans cette partie de l'île.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, Liz Truss, le 26 avril 2022 à Londres. (RASID NECATI ASLIM / ANADOLU AGENCY / AFP)

Nouvelles tensions autour de l'Irlande du Nord. Le gouvernement britannique a menacé, jeudi 12 mai, d'agir unilatéralement en l'absence de "flexibilité" de l'Union européenne pour assouplir les dispositions douanières post-Brexit en Irlande du Nord, en proie à la paralysie politique. Une déclaration jugée inacceptable par Bruxelles. Invoquant notamment les tensions politiques dans la province britannique et des perturbations dans les échanges commerciaux avec la Grande-Bretagne, le gouvernement britannique veut renégocier en profondeur le protocole signé au moment de sa sortie de l'UE, tandis que Bruxelles se dit seulement prête à des aménagements.

"Si l'UE ne montrait pas la flexibilité nécessaire pour aider à résoudre ces problèmes, alors en tant que gouvernement responsable nous n'aurions d'autre choix que d'agir", a mis en garde la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, lors d'un entretien téléphonique avec le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, selon un porte-parole de son ministère. Elle a souligné, dans un communiqué, que "la situation en Irlande du Nord est une question de paix interne et de sécurité pour le Royaume-Uni". 

Une question qui paralyse les institutions d'Irlande du Nord

Faute de progrès dans les négociations en cours depuis plusieurs mois, Londres avait déjà menacé de suspendre unilatéralement une partie du texte, ce qui pourrait déclencher de sévères représailles commerciales européennes. Exprimant sa "vive préoccupation" et défendant des "solutions communes", Maros Sefcovic a de son côté prévenu qu'une "action unilatérale" de Londres, qui consisterait "effectivement à ne pas appliquer un accord international", n'était "pas acceptable" pour l'UE.

La dispute paralyse les institutions nord-irlandaises. Les unionistes du DUP, désormais deuxième force à l'Assemblée locale après la victoire des nationalistes du Sinn Fein, refusent de partager le pouvoir si ces contrôles douaniers entre Grande-Bretagne et Irlande du Nord ne sont pas abandonnés, y voyant une atteinte à l'intégrité territoriale du Royaume-Uni.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.