Ex-espion russe empoisonné : la France, les Etats-Unis et treize pays européens expulsent des diplomates russes

Paris demande ainsi à quatre diplomates russes de quitter le territoire d'ici une semaine.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à la sortie du Conseil des ministres, le 21 mars 2018.
Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à la sortie du Conseil des ministres, le 21 mars 2018. (MAXPPP)

Après le Royaume-Uni, l'Union européenne, les États-Unis et le Canada tapent du poing sur la table. Quatorze pays européens, dont l'Allemagne et la France, ainsi que les États-Unis et le Canada, ont décidé d'expulser sous peu des diplomates russes pour répondre à l'empoisonnement d'un ex-agent russe en Grande-Bretagne, dont l'Occident accuse Moscou. Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, annonce ainsi que "quatre personnels russes sous statut diplomatique" devront quitter le territoire "dans un délai d'une semaine".

Cette décision "fait suite aux conclusions du Conseil européen des 22 et 23 mars", ajoute le chef de la diplomatie française. "L'attaque de Salisbury constitue une menace grave à notre sécurité collective et au droit international" et "le Conseil européen est convenu qu'il n'existait pas d'autre explication plausible que celle de la responsabilité de la Fédération de Russie". L'annonce française a fait suite, lundi après-midi, à celle des États-Unis, qui expulsent 60 "espions" russes.

L'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury, en Grande-Bretagne, a provoqué une grave crise diplomatique entre Moscou et Londres après que la Première ministre britannique, Theresa May, a affirmé que la Russie était "très probablement" derrière l'attaque.

Moscou promet des ripostes

La Russie a dénoncé peu de temps une "provocation" après ces décisions. "Nous protestons fermement contre la décision de plusieurs pays de l'UE et de l'Otan d'expulser des diplomates russes", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Ce geste provocateur de prétendue solidarité avec Londres (...) témoigne de la poursuite d'une ligne de confrontation visant à aggraver la situation", souligne le ministère.

Les alliés de la Grande-Bretagne "suivent aveuglement le principe de l'unité euro-atlantique au détriment du bon sens, des normes d'un dialogue civilisé entre Etats et des principes du droit international", a encore accusé le ministère russe des Affaires étrangères. "Il va sans dire que cette mesure inamicale ne restera pas sans conséquences et que nous allons forcément y répondre", a-t-il encore souligné.