"Nous avons vu la voiture qui fonçait sur une femme" : des témoins racontent l'attaque à Londres

Un homme a foncé avec sa voiture sur la foule sur le pont de Westminster, avant de poignarder un policier à l'entrée du Parlement britannique.

Des passants sont placés dans un périmetre de sécurité à Londres, après l\'attaque du mercredi 22 mars.
Des passants sont placés dans un périmetre de sécurité à Londres, après l'attaque du mercredi 22 mars. (KATE GREEN / ANADOLU AGENCY)

Une scène d'horreur dans le centre-ville de Londres, mercredi 22 mars. "Il devait y avoir environ 10 ou 12 corps ciblés par les tirs et allongés à différents endroits sur le pont", racontent deux passantes. L'attaque autour du Parlement britannique a fait au moins quatre morts, dont un policier et l'assaillant présumé, et 20 blessés, selon un bilan provisoire.

"Nous avons vu la voiture qui fonçait sur une femme"

"Nous traversions le pont de Westminster. Nous avons entendu des coups de feu, puis nous nous sommes retournées et nous avons vu la voiture qui fonçait sur une femme, raconte deux passantes présentes sur les lieux. Elle était sous les roues du bus et j'ai entendu ses cris. Et nous avons entendu des coups de feu à nouveau, nous avons regardé vers le pont, nous rampions... Il y avait des corps. Il devait y avoir environ 10 ou 12 corps ciblés par les tirs et allongés à différents endroits sur le pont."

"L'assaillant a été touché par balles à deux ou trois reprises" 

"Cet homme [l'assaillant] avait quelque chose dans la main, cela ressemblait à un bâton. Alors que deux policiers en manteau jaune tentaient de le maîtriser, l'un des deux est tombé au sol, raconte le journaliste du Daily Mail, Quentin Letts, à la BBC (en anglais)Nous avons pu voir l'homme en noir bouger son bras dans un sens qui suggère qu'il était en train de poignarder ou frapper le policier. L'un des policiers a ensuite couru pour avoir de l'aide qui est arrivée très rapidement."

"Lorsque l'assaillant courait vers l'entrée utilisée par les parlementaires pour rejoindre la Chambre des communes, deux personnes ont tiré vers lui par avertissement, il les a ignorées et il a alors été touché par balles à deux ou trois reprises, puis il est tombé", ajoute-t-il.

"J'ai vu un corps dans l'eau"

"J'étais en train de marcher sur le pont quand d'un coup, un bus s'est arrêté et tout le monde a commencé à crier, des personnes sont sorties du bus, elles avaient l'air très inquiètes, raconte Steve Voake. Ensuite, j'ai vu ce qu'il semblait être un entraîneur sur le côté de la route. De l'autre côté, il y avait un corps et lorsque j'ai regardé plus haut, il y avait un autre corps. Quand j'ai regardé par-dessus le pont, j'ai vu un corps dans l'eau aussi."

"J'ai entendu quatre tirs rapides"

"J'étais en train de marcher dans le cloître quand la sonnerie a retenti, explique le député conservateur Grant Shapps à la BBC. Il y avait beaucoup de personnes dans la 'Portcullis House', où sont situés les bureaux, et alors que nous étions sur le point de voter, nous avons entendu des tirs et vu des policiers, armes à la main, pointer vers la porte. Ensuite, j'ai entendu quatre tirs rapides. Instantanément, des policiers situés de notre coté nous ont dit de nous mettre à genoux." Les députés ont ensuite été conduits vers l'abbaye de Westminster.

"A l'intérieur, personne ne nous disait rien"

Michelle Langham visitait le Parlement au moment de l'attaque. Elle a rapidement été mise à l'abri dans le hall d'entrée, où de nombreux élèves se trouvaient aussi. "Nous avons vu un policier allongé au sol. Il y avait beaucoup d'agitation. Tout ceux qui étaient dehors, sur la route, ont été appelés à rentrer dans le café. Il y avait beaucoup de personnes qui criaient", a-t-elle raconté à la BBC. "Nous n'avons eu aucune information. Tout ce que nous avions venait des réseaux sociaux. A l'intérieur, personne ne nous disait rien."