VIDEO. Kerry parle de preuves et plaide pour une action militaire limitée en Syrie

Le secrétaire d'Etat américain a clairement laissé entendre vendredi 30 aout que les Etats-Unis sanctionneraient le président syrien Bachar Al-Assad pour l'attaque présumée à l'arme chimique du 21 août.

MARYSE BURGOT - FRANCE 2 WASHINGTON

Le secrétaire d'Etat américain a clairement laissé entendre, vendredi 30 août, que les Etats-Unis sanctionneraient le président syrien Bachar Al-Assad pour l'attaque présumée à l'arme chimique du 21 août dans la banlieue de Damas. John Kerry estime que l'utilisation présumée d'armes chimiques par le régime syrien constitue un "crime contre l'humanité" qui ne devait pas rester impuni.

"Ne rien faire voudrait dire quelque chose", a déclaré John Kerry lors d'un discours bref et énergique à Washington. Le secrétaire d'Etat a présenté une série de preuves qui, a-t-il dit, montrent que les forces d'Assad sont derrière l'attaque du 21 août. Cette attaque au gaz neurotoxique a tué 1 429 civils, dont 426 enfants, indique le rapport qui conclut avec "un degré élevé de certitude" que l'armée syrienne a utilisé des armes chimiques à de multiples reprises depuis un an, et notamment ce 21 août dans la banlieue de Damas. Voici l'analyse du discours du secrétaire d'Etat par la correspondante de France 2 à Washington, Maryse Burgot.

Le secrétaire d\'Etat John Kerry lors d\'un discours à Washington, le 30 août 2013.
Le secrétaire d'Etat John Kerry lors d'un discours à Washington, le 30 août 2013. (LARRY DOWNING / REUTERS )