Syrie : le Belge libéré assure qu'Al-Assad n'est pas responsable de l'attaque chimique

Le témoignage de cet homme de 40 ans, enseignant en Belgique et personnalité controversée, est accueilli avec prudence par le gouvernement belge. 

Pierre Piccinin, enseignant belge libéré le 8 septembre 2013 après cinq mois de captivité en Syrie, pose le lendemain pour la télévision belge RTBF, à Bruxelles.
Pierre Piccinin, enseignant belge libéré le 8 septembre 2013 après cinq mois de captivité en Syrie, pose le lendemain pour la télévision belge RTBF, à Bruxelles. (DIRK WAEM / BELGA / AFP)

Pierre Piccinin a été enlevé en Syrie au mois d'avril, et libéré dimanche 8 septembre avec le journaliste italien Domenico Quirico. Selon ce professeur d'histoire belge, qui a effectué de nombreux voyages en Syrie depuis le début du conflit, le gaz sarin n'a pas été utilisé par le régime de Bachar Al-Assad, lors de l'attaque du 21 août qui a fait au moins 1 300 morts. Une déclaration accueillie avec prudence par le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders.

"C'est un devoir moral de le dire. Ce n'est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. Nous en sommes certains suite à une conversation que nous avons surprise", a-t-il dit sur la télévision belge RTL-TVI. Pierre Piccinin n'a pas donné de détails sur les circonstances ou les auteurs de cette conversation qu'il dit avoir entendue.

Voir la vidéo
RTBF via EVN

Une personnalité trouble 

Enseignant dans un lycée de Philippeville (sud de la Belgique), Pierre Piccinin était un habitué des voyages dans le monde arabe. Au moment de son enlèvement, il effectuait son septième séjour en Syrie depuis le début des troubles en 2011. Il avait défendu, dans un premier temps, des thèses proches de celles du régime de Bachar Al-Assad. Mais après avoir été enlevé et torturé aux côtés de rebelles pendant six jours, en mai 2012, il avait pris la défense du soulèvement populaire contre le régime baasiste.

Dans un portrait très négatif que lui a consacré Le Monde (article abonnés) en juin 2012, Pierre Piccinin était qualifié de "touriste de la guerre". "Passionné par le monde arabe, dont il n'a jamais jugé utile d'apprendre la langue", cet homme de 40 ans est "obsédé par les théories du complot", selon le journal. Ses déclarations récentes sur l'attaque chimique en Syrie sont donc commentées avec prudence par le pouvoir belge. "Les propos de M. Piccinin n'engagent que lui-même", souligne le gouvernement.

Reste qu'il n'est pas le premier à faire une telle déclaration. Des écoutes de l'armée allemande, révélées par le journal allemand Bild am Sonntag, dimanche 8 septembre, assurent que Bachar Al-Assad n'a pas approuvé personnellement l'attaque chimique. Une information qu'il est impossible de vérifier en l'état. Quant au Congrès américain, il doit se prononcer sur une éventuelle intervention militaire dans les prochains jours. Sera-t-il sensible aux versions qui dédouanent Bachar Al-Assad ?