Cet article date de plus de sept ans.

Alep : "Les européens doivent protéger les hôpitaux"

Alors que l'armée syrienne de Bachar Al-Assad gagne encore du terrain, les bombardements continuent et les hôpitaux sont régulièrement détruits. franceinfo a rencontré Osama Abo El Ezz, un chirurgien d'Alep venu en Allemagne et en France pour demander l'aide de la communauté internationale.

Article rédigé par franceinfo, Isabelle Labeyrie
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un Casque blanc syrien porte un homme blessé dans les bombarbements à Alep, en novembre 2016. (AMEER ALHALBI / AFP)

L'armée syrienne annonce dimanche 27 novembre avoir pris le contrôle du quartier rebelle de Djabal Badro, à Alep-Est. La veille, le gouvernement de Bachar Al-Assad annonçait avoir conquis le quartier voisin de Hanano.

250 000 civils sont pris au piège. La nourriture manque, les hôpitaux sont en ruine. C’est pourquoi Osama Abo El Ezz, chirurgien à Alep, a décidé de venir demander l’aide de la communauté internationale en France et en Allemagne cette semaine. franceinfo l’a rencontré.

Un chirurgien d'Alep vient demander de l'aide en Europe - reportage franceinfo d'Isabelle Labeyrie

Tous les hôpitaux sont visés et bombardés. 

Osama Abo El Ezz, chirurgien

franceinfo

Sur son téléphone portable, le docteur Osama Abo El Ezz montre les images d'une maternité qui vient d'être détruite par des missiles russes ou syriens. "Les russes disent qu'ils combattent les terroristes, mais les hôpitaux, c'est du terrorisme ? Les médecins, ce sont des terroristes ?", martèle le chirurgien.

"Les blessés restent dans la rue parce qu'on a plus d'ambulance, ou pas d'essence, ou plus d'endroit où les soigner, poursuit-il. Beaucoup meurent à force d'attendre ! Mais personne ne parle des médecins, personne n'essaie de les aider !"

Osama Abo El Ezz a tenu le plus longtemps possible. Mais au mois d'août, quand son hôpital a été détruit, le chirurgien a quitté Alep pour continuer à faire son métier, ailleurs en Syrie.

Je suis frustré... Chaque jour est pire que le précédent !

Osama Abo El Ezz, chirurgien

franceinfo

A Berlin et à Paris, il est venu dire au monde de ne pas fermer les yeux. "Les européens doivent protéger les hôpitaux et les équipes médicales ! Mais personne ne dit aux Russes ou au régime : ‘Arrêtez ! Vous devez arrêter !' La communauté internationale n'a aucune envie de faire son devoir."

Dans ses yeux, se mêlent la colère et l'abattement... Osama en est persuadé : c'est parce que les Etats-Unis sont en retrait sur le dossier syrien, en pleine transition politique, que les forces de Bachar Al-Assad a lancé sur Alep son offensive la plus meurtrière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.