Cet article date de plus de cinq ans.

Syrie : le régime de Bachar Al-Assad dit avoir pris le plus grand quartier rebelle d'Alep

L'armée syrienne et ses alliées ont pris samedi une grande partie du quartier de Hanano à Alep-Est mais les rebelles continuent d'opposer une résistance acharnée, rapportent les insurgés et l'Observatoire syrien des droits de l'homme. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Dans la ville d'Alep, en ruines, le 26 novembre 2016.  (AHMED AL AHMED / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'armée syrienne a repris samedi 26 novembre le plus grand quartier du secteur rebelle à Alep, dans le nord de la Syrie, selon les des médias officiels. La télévision d'Etat a indiqué que les forces armées avaient "pris le contrôle total du secteur de Massaken Hanano" alors que l'agence de presse officielle Sana faisait état d'opérations de déminage en cours.

Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, "les forces du régime contrôlent 80% de Massaken Hanano et contrôlent les 20% restant par le feu". Il reste "quelques centaines de mètres aux forces du régime pour couper le secteur rebelle en deux" en isolant le nord du sud, a-t-il déclaré à l'AFP.

Au total, 212 civils tués depuis le début de l'offensive du régime sur Alep-Est

En raison des violents combats et des raids visant Massaken Hanano, des dizaines de familles vivant dans les quartiers voisins de Sakhour et de Haydariyé ont fui vers le sud de la partie rebelle de la ville, a ajouté l'OSDH. Selon l'Observatoire, Sakhour a également été visé par des frappes samedi, tout comme d'autres zones d'Alep-Est. Au moins 11 civils ont été tués.

Au total, 212 civils dont 27 enfants ont été tués depuis le début de l'offensive du régime sur Alep-Est le 15 novembre, selon la même source. La guerre en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression d'une révolte pacifique par le régime, a fait plus de 300 000 morts.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.