Yémen : les houthis revendiquent une attaque contre un pétrolier britannique

En parallèle de la guerre entre Israël et le Hamas, l'attaque a été menée en soutien au peuple palestinien et "en réponse à l'agression britannique et américaine".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Cette photographie publiée le 18 janvier 2024 par le ministère de la Défense d'Inde montre un navire battant pavillon des Îles Marshall à la suite d'une attaque de drone dans le golfe d'Aden. (INDIAN MINISTRY OF DEFENCE / AFP)

Une attaque revendiquée. Les rebelles houtis du Yémen ont annoncé, vendredi 26 janvier, avoir ciblé un pétrolier britannique qui a "pris feu" au golfe d'Aden, après que les Etats-Unis ont dit avoir détruit un missile balistique tiré "depuis les zones du Yémen contrôlées par les houtis". Les rebelles proches de l'Iran qui multiplient les attaques contre la marine marchande en mer Rouge et dans le golfe d'Aden, ont précisé dans avoir tiré des "missiles" contre un "pétrolier britannique, le Marlin Luanda".

Depuis novembre, les rebelles houtis ont tiré de nombreux missiles et drones au large du Yémen. Ils déclarent cibler les navires liés à Israël en "solidarité" avec les Palestiniens à Gaza, territoire bombardé et assiégé par l'armée israélienne depuis l'attaque du mouvement islamiste Hamas le 7 octobre. En réponse, les forces américaines, parfois conjointement avec le Royaume-Uni, ont mené des séries de frappes visant les houtis dans le but de les dissuader de continuer à attaquer les navires marchands, sans succès pour l'instant.

Des tensions en mer Rouge depuis des semaines

L'attaque de vendredi a été menée en soutien au peuple palestinien et "en réponse à l'agression britannique et américaine contre notre pays", a confirmé le porte-parole militaire des rebelles, Yahya Saree. La société privée de risques maritimes Ambrey avait rapporté plus tôt qu'un navire marchand avait été touché dans la même zone, signalant un incendie à bord, sans que l'on sache à ce stade s'il s'agit du même incident.

Le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a, de son côté, assuré avoir détruit un missile antinavire qui se dirigeait vers l'endroit où se trouvait un destroyer de classe Arleigh Burke. Il a été détruit sans faire "ni blessés, ni dommages". Cette nouvelle frappe américaine intervient après des semaines de tensions en mer Rouge, artère essentielle au commerce international.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.