Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Jihadistes français expulsés de Turquie : "On est à près de 250 personnes remises" dans le cadre du protocole Cazeneuve, indique Laurent Nuñez

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur était l'invité de France Inter mercredi matin, quatre ans après les attentats du 13-Novembre. 

"On est à près de 250 personnes qui ont été remises" dans le cadre du protocole Cazeneuve, "par les autorités turques de manière sécurisée et judiciarisées", a indiqué Laurent Nuñez sur France Inter mercredi 13 novembre.

>>> Six questions sur les expulsions de jihadistes étrangers par la Turquie

Ce protocole, du nom de l'ancien ministre de l'Intérieur socialiste, existe depuis 2014, et "fait en sorte que les Turcs nous remettent ces personnes", qui "sont prises en charge immédiatement par la justice à leur arrivée, a expliqué Laurent Nuñez. Pour les majeurs, c'est la case prison. Ce sont des individus connus sur le territoire national qui sont, soit incarcérés, soit placés en garde à vue", a expliqué le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur.

"Les discussions sont en cours" avec le gouvernement turc

La Turquie a entamé lundi son programme de renvoi des combattants étrangers détenus sur son sol. Des Français sont concernés, mais le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur n'a pas souhaité confirmé le chiffre exact du nombre de Français concernés par ce retour. "Les discussions sont en cours" avec le gouvernement turc "pour préparer ce retour", a-t-il indiqué. Selon les informations de franceinfo, il s'agit en fait de quatre femmes radicalisées et de sept enfants.

"Ce n'est pas la première fois que les autorités turques renvoient un certain nombre de nos ressortissants qui, soit ont été bloqués en Turquie alors qu'ils voulaient se rendre sur zone, soit ont quitté la Syrie ou l'Irak et se sont retrouvés en Turquie", a affirmé Laurent Nuñez qui a précisé que cela se déroule dans un "processus classique".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.