Cet article date de plus de quatre ans.

Un Anonymous s'amuse à pirater les comptes Twitter de jihadistes de l'Etat islamique

WauchulaGhost a décidé de lutter contre la propagande du groupe terroriste. Il a ainsi hacké près de 160 profils de jihadistes pour publier des messages contre le terrorisme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le hacker WauchulaGhost publie des captures d'écran de ses exploits informatiques pour humilier des comptes reliés à l'Etat islamique. (WAUCHULAGHOST / TWIITER / FRANCETV INFO)

Il a détourné les comptes de certains jihadistes du groupe Etat islamique pour leur faire publier des images pornographiques, des messages de soutien aux victimes d'Orlando ou encore mettre leurs profils aux couleurs de l'arc-en-ciel. Un pirate informatique appartenant au collectif Anonymous appelé WauchulaGhost a décidé de s'attaquer aux comptes Twitter de l'Etat islamique à partir d'avril 2016. Et depuis la fusillade d'Orlando, le 12 juin, il sévit de plus belle. Au total, il a piraté 160 profils, d'après le Washington Post (en anglais).

"Daeshbag"

Depuis les comptes reliés à l'Etat islamique piratés, WauchulaGhost publie ainsi des messages appelant à lutter contre le terrorisme, des contenus pornographiques ou encore des propos de soutien aux victimes des actes de l'organisation terroriste. Il modifie également le nom de l'utilisateur par "Jacked by a Ghost", soit "Dégagé par un fantôme".

WauchulaGhost revoit le profil entier des utilisateurs qu'il vise, jusqu'à leur description. "On n'oublie pas Orlando", lit-on sur un compte. "Le Fantôme t'a eu", "Je suis gay et fier de l'être", affichent désormais certains comptes. Enfin, sur son fil Twitter, le hacker humilie une dernière fois les jihadistes en légendant ses captures d'écran d'un "DaeshBag", jeu de mot avec "douchebag" ("crétin" en anglais). 

"Plus ils sont furieux, plus je suis content"

"Le gouvernement n'en a vraiment pas fait assez, particulièrement sur les réseaux sociaux. On voit des images de décapitation partout. Des enfants qui vont sur internet ne devraient pas voir tout ça", dénonce le pirate, sans donner son vrai nom, au Washington Post.

WauchulaGhost a donc tiré ses propres conclusions : "Daesh n'aime pas la pornographie. Ils n'aiment pas les femmes en général. Nous avons donc commencé ceci pour se moquer d'eux et diminuer leur présence en ligne", décrit-il, affichant sa volonté de chasser l'Etat islamique des réseaux sociaux les plus utilisés.

Et l'internaute n'a pas peur des menaces. Il explique vouloir continuer sa mission, "tel un justicier de Twitter", écrit le journal américain. "Mon but, quand je me lève le matin, c'est de voir des messages de Daesh menaçant de me tuer et de me décapiter. Plus ils sont furieux, plus je suis content", explique-t-il.

Des limites de ces piratages

Ses pratiques ne convainquent pourtant pas tout le monde. Certains s'inquiètent que les messages soient mal perçus. Et le Washington Post de citer Ryan Calo, professeur de droit à l'université de Washington : "Du porno sur Twitter n'est peut-être pas une bonne idée. Cela peut être offensant envers des musulmans croyants, la grande majorité d'entre eux n'étant pas des terroristes et ne veulent pas voir d'images explicitement sexuelles".

"Si le message finit dans de mauvaises mains, des enfants ou des adultes qui ne souhaitent pas voir ces images, il pourrait y avoir un problème", juge aussi Sandy Davidson, professeur de droit à l'université du Missouri.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.