Syrie : "Daech n’est pas mort" et fait toujours souffrir les Yazidis, témoigne le père Desbois

Le père Patrick Desbois, auteur des "Larmes du passeur", est invité dans le 23h de franceinfo mardi 20 octobre pour parler de la persécution des Yazidis par Daech.    

franceinfo

"Beaucoup de Yazidis sont toujours prisonniers et esclaves de Daech" en Syrie, alerte le père Desbois, qui recueille des esclaves yazidis, minorité confessionnelle chez les Kurdes, délivrés par des passeurs.

"Daech n'est pas mort. Il y a notamment une jihadiste allemande qui se cache dans le camp d'Al-Hol avec d'autres et ils possèdent encore leurs Yazidis, dont le cerveau a été lavé", alerte le religieux sur franceinfo mardi 20 octobre.

"Il y a encore des espaces libres en Syrie pour Daech. Des jihadistes se sont dissimulés, ont coupé leur barbe, changé de tenue et acheté des petits commerces. Ils s'installent aussi à l'étranger et emmènent leurs Yazidis avec eux. Ils revendent les filles 25 000 dollars et les garçons 15 000", raconte l'auteur du livre Les Larmes du passeur.

"Plus de 65% des enfants retrouvent le sourire"

"Les passeurs risquent leur vie pour les délivrer. Quand un Daech perd sa Yazidi, il est furieux et il arrive que les passeurs se fassent tuer", affirme Patrick Desbois, président de Yahad-in Unum.

"Quand les femmes yazidies sortent libres des camps, on les accueille dans nos centres, mais quand elles ont subi des grossesses forcées, elles sont obligées d'abandonner leurs enfants, car ils sont classés Daech. Néanmoins, on a plus de 65% des enfants qui se remettent dans la vie normale, qui retrouvent le sourire et recommencent à jouer", conclut le père Desbois qui demande au gouvernement d'accueillir les femmes yazidies qui n'ont plus d'avenir sur place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le père Desbois
Le père Desbois (FRANCEINFO)