Radicalisation : les parents de Quentin envisagent de porter plainte contre la mairie

Les parents du jeune homme décédé en Irak dénoncent l'inaction de la commune de Sevran.

FRANCE 2

Plusieurs Français sont déjà partis en Syrie. C'est le cas de Quentin Roy. Il s'est radicalisé et s'est laissé convaincre par un recruteur à l'origine de son départ. C'était en 2015. Quentin serait décédé quelque part en Irak. Aujourd'hui, ses parents dénoncent l'inaction de la mairie de Sevran (Seine-Saint-Denis). Selon eux, d'autres recruteurs sévissent encore dans la commune.

"Une fois qu'ils sont là-bas, c'est trop tard"

Quentin Roy a 21 ans quand il se convertit à l'islam. Une "quête spirituelle", dira-t-il à ses parents qui vont chercher à comprendre. Au fil du temps, leur fils refuse de se mettre à table avec eux, arrête le sport et veut partir en Égypte pour apprendre l'arabe. Ses parents discutent, essayent de le raisonner, mais le 22 septembre 2014, sans prévenir, il part en Syrie et ne reviendra jamais. C'est un inconnu qui annoncera la mort de son fils à sa mère. "Une fois qu'ils sont là-bas, c'est trop tard. Il ne faut pas qu'ils partent", affirme-t-elle. Comme Quentin, 15 jeunes de la commune sont partis en Syrie. Six sont décédés. Aujourd'hui, les parents de Quentin n'excluent pas de porter plainte contre la mairie pour non-assistance à personne en danger.

Le JT
Les autres sujets du JT