Les Américains affirment avoir tué le nouveau chef de l'Etat islamique en Afghanistan

Son prédécesseur avait été tué il y a trois mois, dans un bombardement américain. Les Etats-Unis veulent empêcher que le pays ne devienne un sanctuaire pour le groupe, qui perd du terrain en Syrie et en Irak.

Des avions de combat américains sur un porte-avion stationné dans le golfe persique, le 18 juin 2015. (photo d\'illustration)
Des avions de combat américains sur un porte-avion stationné dans le golfe persique, le 18 juin 2015. (photo d'illustration) (HAMAD I MOHAMMED / REUTERS)

L'armée américaine a tué le nouveau chef du groupe Etat islamique en Afghanistan, lors d'un bombardement, le 11 juillet, dans la province de Kunar, a annoncé le Pentagone, vendredi 14 juillet. Trois mois plus tôt, son prédécesseur avait été tué de la même façon, déjà par les Américains.

Abou Sayed, leader de l'EI-Khorasan, la branche afghane de l'Etat islamique (EI), a été tué dans une "frappe sur le quartier général du groupe" jihadiste, a précisé, dans un communiqué, la porte-parole du ministère américain de la Défense, Dana White.

Le raid aérien "a également tué d'autres membres de l'EI-Khorasan et va considérablement perturber les objectifs du groupe terroriste d'intensifier sa présence en Afghanistan", s'est-elle félicitée.

Une offensive depuis mars

Les Etats-Unis intensifient leur lutte contre le groupe Etat islamique dans ce pays, craignant que l'Afghanistan ne devienne à terme la nouvelle plaque tournante des jihadistes, qui perdent du terrain en Irak et en Syrie.

Abou Sayed est le troisième "émir" de l'EI en Afghanistan à être abattu par Washington et Kaboul, après Hafiz Sayed Khan l'an dernier et Abdul Hasib fin avril.

Selon le Pentagone, les jihadistes de l'EI sont moins d'un millier en Afghanistan. Les forces afghanes et américaines ont lancé une offensive contre eux depuis le mois de mars.