Cet article date de plus de six ans.

Attentats dans l'Aude : ils témoignent de l'attaque terroriste du supermarché de Trèbes

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Attentats dans l'Aude : ils témoignent de l'attaque terroriste du supermarché de Trèbes
Attentats dans l'Aude : ils témoignent de l'attaque terroriste du supermarché de Trèbes Attentats dans l'Aude : ils témoignent de l'attaque terroriste du supermarché de Trèbes (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2

Des témoignages permettent de reconstituer le fil des évènements survenus dans le magasin Super U de Trèbes (Aude) lors de l'attaque terroriste.

À 10h40 ce vendredi 23 mars, Radouane Lakdim se gare sur le parking du Super U de Trèbes (Aude). Il entre armé d'un pistolet de petit calibre et d'un couteau de chasse. Il tire une première fois en l'air. Dans les premières minutes, il abat à bout portant Hervé Sosna, un client habitué du magasin, et Christian Medves, le chef boucher. Commence un éprouvant huis clos. Une cinquantaine de clients sont présents. Le terroriste menace clairement clients et vigiles. Une vingtaine de personnes parviennent à sortir très vite par l'issue de secours à l'arrière du magasin et trouvent refuge dans la concession Peugeot à proximité sur le même parking. D'autres restent et se cachent dans le supermarché.

Le comportement héroïque d'Arnaud Beltrame

Les premières unités d'intervention sont sur place en moins de 15 minutes. Le lieutenaut-colonel Arnaud Beltrame est parmi les premiers arrivés. Il propose au terroriste de libérer le dernier otage, une caissière de 40 ans. Radouane Lakdim accepte, la femme sort par l'issue de secours. Le face à face entre le gendarme et le terroriste va durer 2h30. Arnaud Beltrame a laissé son téléphone ouvert. À l'extérieur, les hommes du GIGN de Toulouse (Haute-Garonne) qui sont arrivés peuvent suivre l'évolution de la situation. 14h20, des coups de feu retentissent. Le terroriste vient de tirer à bout portant sur le gendarme. Il l'a aussi frappé à plusieurs reprises avec son couteau. L'assaut est donné et l'homme abattu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.