Afghanistan : une explosion dans une mosquée d'Hérat fait 18 morts, dont un influent imam

Le nombre d'attentats a diminué en Afghanistan depuis que les talibans ont pris le pouvoir il y a un an, mais ils n'ont pas cessé pour autant.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un combattant taliban le long d'une route après une explosion dans la mosquée Gazargah, à Herat (Afghanistan), le 2 septembre 2022.  (AFP)

Une énorme explosion a secoué, vendredi 2 septembre, l'une des plus grandes mosquées d'Hérat, dans l'ouest de l'Afghanistan, faisant 18 morts et 23 blessés, selon le porte-parole du gouverneur de la province d'Hérat. Parmi les victimes figure l'influent imam Mujib ur Rahman Ansari, qui avait réclamé il y a quelques semaines la décapitation de quiconque chercherait à s'opposer au régime taliban.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent ce qui semble être des corps ensanglantés éparpillés dans l'enceinte de la mosquée Gazargah et les médias locaux disaient craindre de nombreuses victimes.

Un imam connu pour ses discours enflammés

Mujib ur Rahman Ansari, un religieux de renom et soutien de premier rang des talibans, a été tué dans "une attaque brutale vendredi à Hérat", a confirmé sur Twitter le porte-parole du gouvernement, Zabihullah Mujahid. "L'Emirat islamique exprime son profond chagrin pour sa mort et les responsables de cet incident seront punis pour leurs actes haineux", a-t-il promis. Mujib ur Rahman Ansari drainait de nombreux fidèles et était connu pour ses discours enflammés. A la tribune d'une assemblée de dignitaires religieux à Kaboul au début juillet, il avait déclaré que quiconque tenterait de renverser le régime taliban devrait être décapité.

Le nombre d'attentats a diminué en Afghanistan depuis que les talibans ont pris le pouvoir il y a un an, mais ils n'ont pas cessé pour autant. La plupart sont revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.