Ce que l'on sait de l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, l'un des responsables du programme nucléaire iranien

Ce spécialiste de l'atome est mort vendredi 27 novembre après avoir été attaqué près de Téhéran, la capitale iranienne, avec un véhicule piégé. Les autorités iraniennes accusent Israël de cet attentat qui n'a pas été revendiqué.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une cérémonie funèbre en hommage à Mohsen Fakhrizadeh, le scientifique iranien assassiné, se déroule à Mashad, en Iran, le 29 novembre 2020.  (IRANIAN DEFENSE MINISTRY / ANADOLU AGENCY/ AFP)

C'est une mort qui pourrait dégrader un peu plus les relations entre l'Iran et Israël. L'un des principaux responsables du programme nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, a succombé à ses blessures après une attaque au véhicule piégé, suivie d'une fusillade contre sa voiture, vendredi 27 novembre. Le ministère de la Défense iranien a annoncé la nouvelle, en précisant que la victime était le chef de son département recherche et innovation, chargé notamment de la "défense antiatomique". Le jour même, Téhéran a accusé Israël d'être derrière cet assassinat. Voici ce que l'on sait sur la mort de Mohsen Fakhrizadeh-Mahabadi (son nom complet) et du contexte dans lequel elle s'est produite. 

Que s'est-il passé ?

L'attaque s'est déroulée à Absard, à 80 km à l'est de Téhéran, relate le correspondant de France Télévisions au Moyen-Orient, Dominique Derda. "Sur le pare-brise du véhicule, les impacts des balles qui ont tué le chauffeur de la voiture sont encore bien visibles. Mais c'est son passager, Mohsen Fakhrizadeh, qui était la cible du commando, vendredi 27 novembre. L'homme était considéré comme l'un des plus hauts responsables du programme nucléaire militaire iranien. Grièvement blessé, il est mort à l'hôpital. Sur la route [figurent] les restes d'une voiture soufflée par une explosion, peut-être celle de ses gardes du corps", explique le journaliste dans cette vidéo.

Plusieurs médias locaux, dont les agences de presse Tasnim et Fars, ont rapporté cet attentat. "Des terroristes ont fait exploser une voiture avant de tirer sur la voiture de M. Fakhrizadeh", ont-elles indiqué. 

Que sait-on des auteurs de cette attaque ?

Officiellement rien, mais Téhéran pointe du doigt Israël. "L'assassinat n'a pas été revendiqué, mais pour les Iraniens, il n'y a aucun doute : il porte la marque de fabrique des services secrets israéliens et de leurs alliés américains", expose encore Dominique Derda. "Nos ennemis savent que nous ne pouvons ignorer un tel acte. Nous répondrons à ce crime de façon appropriée", a déclaré Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran, en accusant l'Etat hébreu de vouloir semer le "chaos". De son côté, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a promis des représailles. Il faut "poursuivre ce crime et punir ceux qui l'ont perpétré et ceux qui l'ont commandé", a-t-il dit sur Twitter.

L'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale en Iran, a précisé lundi que l'attaque était le résultat d'une "opération complexe avec un recours à du matériel électronique". L'assassinat du scientifique présenterait "un style et une méthode complètement nouveaux", a-t-il ajouté, mettant en cause Israël et les Moudjahidines du peuple, un groupe d'opposition en exil. Les membres de cette organisation contestataire "ont forcément dû être impliqués", mais "l'élément criminel dans tout cela est le régime sioniste et le Mossad [les services de renseignement israéliens]", a assuré le haut gradé.

Mohsen Fakhrizadeh se savait menacé. En avril 2018, Benyamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien, l'avait désigné nommément après la découverte par le Mossad de milliers de documents secrets iraniens. Homme de l'ombre, il avait été accusé par Benyamin Nétanyahou d'être "le chef d'un programme nucléaire iranien à visée militaire dont l'Iran a toujours nié l'existence", précise France 24

D'autres scientifiques iraniens ont-ils été visés ?

Oui. Mohsen Fakhrizadeh est le dernier d'une liste de spécialistes iraniens de l'atome assassinés. "Au cours des treize dernières années, cinq autres scientifiques iraniens ont été assassinés.Tous travaillaient sur le programme nucléaire iranien", précise Dominique Derda.

Ces cinq scientifiques iraniens travaillant sur le programme nucléaire de leur pays ont été tués au cours des 13 dernières années.  (FRANCE 2)

Dans un long article, Le Monde revenait, en 2012, sur cette série de morts violentes. "L'assassinat, mercredi 11 janvier [2012], d'un professeur d'université iranien porte à cinq au moins le nombre de scientifiques liés à la recherche nucléaire victimes d'attentats ciblés", notait déjà le quotidien cette année-là. "Pour les autorités iraniennes, il ne fait aucun doute que les Israéliens et les Américains sont les instigateurs de cette guerre de l'ombre visant à entraver leur programme nucléaireMais leur implication n'a jamais été avérée : Israël n'a jamais ni assumé ni nié être derrière ces opérations."

Dans quel contexte géopolitique s'inscrit cet assassinat ?

En janvier prochain, le président des Etats-Unis Donald Trump devra céder sa place à la Maison-Blanche à son successeur, le démocrate Joe Biden. Ami et soutien du Premier ministre et chef de la droite israélienne Benyamin Nétanyahou, Donald Trump est partisan d'une ligne intransigeante vis-à-vis de Téhéran. Il a ainsi décidé en 2018 de retirer les Etats-Unis de l'accord entre l'Iran et les grandes puissances signé à Vienne trois ans plus tôt par son prédécesseur Barack Obama, et portant sur le programme nucléaire iranien. Sous Donald Trump, les Etats-Unis ont ensuite rétabli puis renforcé les sanctions à l'encontre de Téhéran.

Joe Biden, qui a été vice-président de Barack Obama, entendait changer de posture vis-à-vis de l'Iran. Mais l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh risque de compliquer ses projets. Il s'agit d'"une action scandaleuse, destinée à saper les relations diplomatiques entre un nouveau gouvernement américain et l'Iran", fustige sur Twitter Ben Rhodes, ancien conseiller diplomatique de Barack Obama.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.