Liban : les forces politiques s'engagent à former un nouveau gouvernement dans les 15 jours, annonce Emmanuel Macron

Le président français a affirmé que le gouvernement rassemblerait des personnalités "compétentes" et serait formé "comme un collectif indépendant qui aura le soutien de tous les formations politiques".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron, le 1er septembre 2020, lors d'une conférence de presse à Beyrouth, au Liban. (GONZALO FUENTES / AFP)

L'ensemble des forces politiques libanaises se sont engagées à former un gouvernement dans les 15 jours, a annoncé Emmanuel Macron, mardi 1er septembre, lors d'une conférence de presse au terme de sa visite à Beyrouth. "Toutes les formations politiques sans exception se sont engagées ce soir, ici même, que la formation de ce gouvernement de mission ne prendrait pas plus de quinze jours", a déclaré le président français à l'issue d'entretiens avec les principaux dirigeants politiques.

Emmanuel Macron a eu avec les responsables des différentes forces politiques des échanges "nourris et denses", en soirée, à la résidence de l'ambassadeur de France, avant sa conférence de presse. Il a promis de revenir en décembre au Liban, et indiqué qu'il organiserait, au cours de la deuxième semaine d'octobre, une conférence internationale d'aide au Liban à Paris, ainsi qu'une réunion à laquelle les plus hauts responsables libanais seraient conviés.

Emmanuel Macron avait averti, au début de sa deuxième visite à Beyrouth en un mois, qu'il s'agissait de "la dernière chance pour le système" libanais. Mardi soir, il a laissé entendre qu'en l'absence de réformes, les mécanismes d'aide pour le pays en proie à une grave crise économique ne seraient pas activés.

La nomination de Moustapha Adib, "un premier signe" de changement

Outre les représentants de la classe politique traditionnelle, Emmanuel Macron a notamment rencontré le nouveau Premier ministre, Moustapha Adib, nommé quelques heures avant son arrivée à Beyrouth. Inconnu des Libanais, cet universitaire de 48 ans, était jusqu'à présent ambassadeur en Allemagne. Sa nomination rapide est "un premier signe" de changement, s'est félicité le président français.

Le nouveau Premier ministre, Moustapha Adib, nommé quelques heures avant son arrivée lundi, doit entamer mercredi les consultations parlementaires pour la formation de son équipe. Le président français a rappelé que "la moyenne ces dernières années" pour la formation des gouvernements au Liban était "entre 5 et 11 mois" en raison des divergences politiques.

Emmanuel Macron a assuré que Moustapha Adib avait "sur le plan politique un soutien massif des forces politiques, même s'il n'est pas unanime". "Cette légitimité, il ne peut l'obtenir qu'en formant rapidement un gouvernement de mission fait de professionnels, une équipe la plus solide possible", a-t-il ajouté. Interrogé sur l'éventualité que des sanctions puissent viser des personnalités libanaises si les réformes n'étaient pas appliquées, il a répondu simplement qu'"une partie des mécanismes qui devaient accompagner le peuple libanais ne pourra pas être activée" dans ce cas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.