Liban : l'incendie au port de Beyrouth est éteint mais a détruit une partie de l'aide humanitaire

L'incendie s'est déclaré dans un hangar de la Croix-Rouge internationale qui y stockait des milliers de colis alimentaires. Selon les premiers éléments de l'enquête, des "réparations" étaient menées sur le site avec une scie électrique et des "étincelles" ont entraîné le feu.

Le hangar calciné dans le port de Beyrouth, le 10 septembre 2020.
Le hangar calciné dans le port de Beyrouth, le 10 septembre 2020. (STR / NURPHOTO / AFP)

Beyrouth continue de souffrir. Les pompiers libanais ont éteint, vendredi 11 septembre, les dernières flammes de l'énorme incendie la veille au port de Beyrouth. Cet incendie a pris, la veille, dans un entrepôt utilisé par la Croix-Rouge internationale pour stocker des milliers de colis alimentaires et un demi-million de litres d'huile, une aide alimentaire cruciale pour le Liban, cinq semaines après l'explosion dévastatrice du 4 août.

Dans la nourriture se trouvaient notamment des pâtes, du sucre, du thé, des lentilles et des pois chiches, selon un communiqué de l'organisation. En conséquence, "l'explosion et l'incendie auront indéniablement un impact sur l'aide humanitaire du CICR, que ce soit au Liban ou en Syrie" voisine, a averti la Croix-Rouge.

Des "réparations" sur le site ont pu entraîner le feu

Des "réparations" étaient menées sur le site avec une scie électrique, et des "étincelles" ont entraîné le feu, selon des "informations préliminaires" du gouvernement. Les habitants ont découvert effarés jeudi une fumée noire opaque visible depuis plusieurs quartiers, provoquée par l'incendie de cet entrepôt où étaient stockés les aides mais aussi des bidons d'huile et des pneus.

L'incident est venu rappeler la funeste journée du 4 août, quand une énorme quantité de nitrate d'ammonium stockée au port a explosé. Ce drame, la tragédie de trop pour une population déjà mise à genoux par une grave crise économique, a fait plus de 190 morts et 6 500 blessés, ravageant des quartiers entiers.