"C'est 'surréel', hallucinant", les Libanais face au nouvel incendie dans le port de Beyrouth

Le port de Beyrouth a été une nouvelle fois frappé par un incendie, jeudi 10 septembre. De quoi raviver la peur dans le pays, un mois après l'explosion ayant coûté la vie à 190 personnes. 

De l'aide humanitaire était stockée sur le port de Beyrouth. Au-delà de l'explosion, un certain désarroi règne au Liban après ce nouvel incendie. "Je suis vraiment comme beaucoup de personnes, en colère. Vous avez parlé de trois scenarios que le président Michel Aoun mentionne. Franchement, je n'ai aucune confiance dans quoi que ce soit de ses paroles. Je suis en colère contre l'incompétence, contre la corruption. C'est 'surréel', hallucinant que cinq semaines après, à 700 mètres du lieu du crime, le carnage du 4 août, on ait une répétition avec un incendie. On ne peut qu'être en colère contre ce régime qui n'est même pas en mesure de sécuriser un lieu de crime et les habitants de cette ville", déplore Lina Habou Habib, universitaire à l'Université américaine de Beyrouth.

"La zone aurait dû être sécurisée"

Aucune mesure de sécurité n'était prévue ? "Si on fait référence au discours officiel, c'est un endroit qui aurait dû l'être. C'est pour cela qu'on se demande comment se fait-il qu'il y ait un tel incendie. N'importe quel scénario répété n'a aucun sens. Cela aurait dû être sécurisé", martèle Lina Habou Habib.

Le JT
Les autres sujets du JT
Invitée Liban.
Invitée Liban. (FRANCEINFO)