Vidéo Guerre entre Israël et le Hamas : reportage dans les ruines de la bande de Gaza, où une équipe de France Télévisions a suivi les soldats israéliens

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Dans la ville de Gaza, les combats se poursuivent, mercredi 8 novembre, et sont intenses. L'armée israélienne affirme que 50 000 civils ont fui le nord de l'enclave pour aller vers le sud. La correspondante du 20 Heures, Agnès Vahramian a pu entrer pour la première fois entrer dans la bande de Gaza. Reportage.
Guerre entre Israël et le Hamas : au cœur de l'offensive avec l'armée dans Gaza Dans la ville de Gaza, les combats se poursuivent, mercredi 8 novembre, et sont intenses. L'armée israélienne affirme que 50 000 civils ont fui le nord de l'enclave pour aller vers le sud. La correspondante du 20 Heures, Agnès Vahramian a pu entrer pour la première fois entrer dans la bande de Gaza. Reportage. (France 2)
Article rédigé par France 2 - A. Vahramian, L. De Villepin, S. Yassine, M. Benoliel, H. Nalbandian
France Télévisions
France 2
Des bulldozers blindés ouvrent la voie aux soldats à pied dans les décombres de Beit Hanoun, la ville la plus au nord de l'enclave, désertée par les civils et piégée par le Hamas.

Après des semaines de bombardements intenses, l'armée israélienne progresse désormais au sol dans le nord de la bande de Gaza. Pour la première fois depuis le début de la guerre, une équipe de France Télévisions a pu entrer avec des soldats israéliens dans l'enclave palestinienne, et suivre leur progression dans les ruines de Beit Hanoun, la ville la plus au nord de la bande de Gaza.

"Nous sommes en train d'entrer dans Gaza et nous prenons exactement le même chemin que celui que les terroristes ont pris pour venir en Israël, le 7 octobre dernier", témoigne la journaliste de France 2 Agnès Vahramian dans ce reportage diffusé mercredi 8 novembre.

Le Hamas "avait préparé le terrain pour notre arrivée"

L'armée israélienne demande aux journalistes de ne pas dévoiler leur destination précise. Les quelques kilomètres qui séparent Beit Hanoun d'Israël se parcourent dans des véhicules blindés, comme les bulldozers qui, sur place, ouvrent la voie aux soldats dans les décombres. La ville a été ravagée par les raids aériens et les tirs d'artillerie, qui ont eu raison des immeubles et du tracé des rues, et elle s'est vidée de ses habitants, alors que nombre de Gazaouis ont fui vers le sud de l'enclave.

"Tous les deux ou trois bâtiments, selon nos calculs, il y a des explosifs, des pièges", affirme le colonel Ivri Elbaz, qui dirige une brigade de 3 000 hommes. Le Hamas savait que l'armée israélienne passerait ici pour entrer à Gaza. "J'ai été très surpris par la manière dont ils avaient préparé le terrain pour notre arrivée", poursuit le militaire. Il montre à l'équipe de France 2 un trou dans le sol : un tunnel du Hamas, affirme-t-il, "en plein milieu des maisons des civils", près d'une école. Où part ce chemin sous-terrain ? Le colonel refuse de le dévoiler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.