"Mesures d'urgence" à Fukushima avant l'arrivée du typhon

La centrale, gravement endommagée après un tremblement de terre puis un tsunami, en 2011, se trouve précisément sur sa route. Son passage risque d'aggraver ses problèmes.

Des consultants de Tepco, la société gestionnaire de la centrale nucléaire de Fukushima (Japon), dans l\'enceinte de l\'établissement, le 12 septembre 2013.
Des consultants de Tepco, la société gestionnaire de la centrale nucléaire de Fukushima (Japon), dans l'enceinte de l'établissement, le 12 septembre 2013. (TEPCO / AFP)

Alors que le typhon Man-Yi a déjà fait d'importants dégâts au Japon, lundi 16 septembre, la société gérante de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, Tokyo Electric Power (Tepco), a pris des "mesures d'urgence". L'établissement, gravement endommagé après un tremblement de terre puis un tsunami, en 2011, se trouve précisément sur la route du puissant phénomène météorologique.

Le passage du typhon risque d'aggraver les problèmes de la centrale, qui fait déjà face à des fuites d'eau radioactive récurrentes. En effet, le sous-sol de la centrale est gorgé d'eau et les spécialistes peinent à trouver des solutions.

De l'eau de pluie contaminée déjà relâchée

Les fortes précipitations tombées depuis dimanche ont entraîné "une rapide montée du niveau d'eau" dans les différentes zones du complexe atomique où sont installés des réservoirs de stockage de liquide hautement radioactif, a annoncé Tepco. Ces zones sont entourées d'un petit muret.

Pour que cette eau ne stagne pas trop longtemps au contact de réservoirs et d'un sol potentiellement contaminés, Tepco a expliqué avoir décidé, après avoir mesuré les niveaux de rayonnements de cette eau, d'en relâcher une partie, là où la teneur en strontium 90 ne dépasse pas 30 becquerels par litre. Des vannes ont donc été ouvertes et l'eau va vraisemblablement descendre jusqu'à l'océan Pacifique voisin.

Il existe toutefois des emplacements de réservoirs où le niveau de radioactivité de l'eau accumulée est si élevé (jusqu'à 170 000 becquerels par litre) que Tepco n'a pu la laisser sortir et a dû installer des pompes provisoires afin de la transvaser dans des citernes.