Mort de Mahsa Amini en Iran : le président iranien assure qu'"une enquête sera ouverte"

Des manifestations ont lieu depuis six jours à travers le pays, après la mort de la jeune Iranienne le 13 septembre. Les autorités ont bloqué l'accès à Instagram et à la messagerie WhatsApp, les deux applications les plus utilisées en Iran. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président iranien Ebrahim Raïssi lors d'une conférence de presse à New York (Etats-Unis), le 22 septembre 2022.  (ED JONES / AFP)

Le président iranien Ebrahim Raïssi a affirmé jeudi 22 septembre que la mort de Mahsa Amini, qui a provoqué des manifestations en Iran, ferait l'objet d'une "enquête", tout en précisant que le rapport du médecin légiste n'avait pas fait état d'abus de la part de la police, ce que contestent les manifestants.

"Mais je ne veux pas en tirer trop rapidement de conclusion", a-t-il déclaré à des journalistes en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. "Si l'une des parties a commis des torts, cela doit certainement faire l'objet d'une enquête", a ajouté le président iranien, en disant avoir "pris contact avec la famille de la défunte" et lui avoir promis "d'enquêter assidûment sur l'incident".

Des manifestations, au cours desquelles au moins 17 personnes sont mortes selon le bilan d'un média d'Etat, ont éclaté en Iran depuis que les autorités ont annoncé le 16 septembre le décès de Mahsa Amini, 22 ans.  Elle avait été arrêtée pour "port de vêtements inappropriés" par la police des moeurs, chargée de faire respecter le code vestimentaire strict dans la République islamique.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Iran

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.