Iran : Londres sanctionne les Gardiens de la Révolution

Cette annonce intervient dans le cadre de mesures décidées par les Occidentaux pour des violations des droits humains.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le commandant du corps des gardiens de la Révolution islamique, le général Hossein Salami, à Téhéran, le 21 septembre 2019. (ATTA KENARE / AFP)

Le Royaume-Uni a annoncé, lundi 24 avril, sanctionner "dans son intégralité" les Gardiens de la Révolution, armée idéologique de la République islamique d'Iran. Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'une salve de mesures décidées par les Occidentaux pour des violations des droits humains.

Au total, Londres a ajouté à sa liste de sanctions liées à l'Iran plus de 70 personnalités et entités, interdites de se rendre au Royaume-Uni et ciblées par des gels d'actifs, a précisé le ministère britannique des Affaires étrangères. Cela inclut nommément quatre généraux des Gardiens de la Révolution, a souligné le ministère. Coordonnée avec les Etats-Unis et l'Union européenne, cette annonce porte la liste britannique à 300 personnalités et entités.

"Nous ne fermerons pas les yeux sur l'oppression"

"Le Royaume-Uni et ses partenaires internationaux réaffirment aujourd'hui que nous ne fermerons pas les yeux sur l'oppression brutale menée par le régime", a déclaré le chef de la diplomatie, James Cleverly, cité dans le communiqué.

"Nous continuerons à prendre toute une série de mesures pour obliger le régime à rendre compte de ses actes", a-t-il ajouté. Il dénonce "la répression brutale exercée contre le peuple iranien" et accuse Téhéran d'"exporter le bain de sang dans le monde entier".

Si le gouvernement britannique n'a cessé de renforcer ses sanctions contre les Gardiens de la Révolution, il a résisté pour l'instant aux appels à classer cette armée comme "organisation terroriste" au risque de couper tout contact avec Téhéran.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.