"On a attendu deux ans pour avoir une date pour son opération" : en Inde, un système de santé inégalitaire

Avec 1,428 milliard d'habitants, l'Inde devient le pays le plus peuplé de la planète. Le système de santé reste néanmoins déséquilibré. Avoir un rendez-vous dans un hôpital public peut s'avérer très compliqué et l'accès aux médicaments reste aléatoire. Illustration à Delhi.
Article rédigé par France Info - Farida Nouar
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
L'Institut indien des sciences médicales (AIIMS) à Dehli en Inde, le 3 mai 2020. (SANJEEV GUPTA / EPA)

À Delhi, mégalopole surpeuplée, les abords de l'hôpital public ressemblent à un dortoir à ciel ouvert, des centaines de familles sont allongées avec des valises en guise d'oreillers. Beaucoup arrivent de loin, comme ce père de famille habitant du Raliana "à 100 km", explique-t-il.

>>> REPORTAGE. "La population augmente et le travail diminue": l'immense défi de l'Inde, le pays le plus peuplé du monde, face à l'emploi

Cet homme est venu jusqu'à Delhi pour une opération de sa fille, faute d'hôpital dans sa région : "Je suis ici depuis le 16 mars et on a attendu deux ans pour avoir une date pour son opération". Face au service des urgences, dans la file d’attente d’une pharmacie semi-gouvernementale, un homme patiente pour acheter ses médicaments. Cet Indien pourrait les avoir gratuitement à l’hôpital mais "la plupart du temps il n’y en a pas, regrette-t-il. Et quand il y en a, ce sont uniquement les médicaments les moins chers. Pour tout le reste il faut venir ici."

Des hôpitaux publics débordés

La Chine n’est plus le pays le plus peuplé du monde. L’Inde prend la première place cette semaine du lundi 10 avril, avec 1,428 milliard d’habitants selon les chiffres de l’ONU. Une démographie synonyme de croissance et de dynamisme, mais aussi de nombreux défis à relever. Il y a celui de l'emploi, mais aussi la question de la santé. En Inde, les hôpitaux publics soignent presque gratuitement mais sont bondés et dégradés, en manque de médecins et face à un afflux ininterrompu des plus démunis. Pour les autres, il y a des hôpitaux privés qui ont fleuri partout dans le pays, et notamment à Delhi. "Cela prend trop de temps d’avoir un rendez-vous dans un hôpital public, témoigne une patiente à la sortie de l'un de ces établissements flambant neufs. Ici c’est plus pratique car ce n’est pas bondé comme là-bas. En plus dans le public ce n’est pas confortable, j’y suis déjà allée."

le professeur Rajib Dragusta, chef du département de la santé à l’université de Delhi, en avril 2023. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Pour mettre fin à ce système de santé asymétrique le gouvernement indien a lancé en 2018 le Modicare, du nom du Premier ministre Narendra Modi. L'objectif est de couvrir les frais de santé des près de 500 millions d'Indiens les plus pauvres. Mais pour le professeur Rajib Dragusta, chef du département de la santé à l’université de Delhi, l’assurance d'un soin universel passe par un autre équilibre. La répartition des médecins sur le territoire pose problème. "C’est quelque chose que nous devrons changer", assure-t-il.

"La priorité numéro un c’est de renforcer le service public en répartissant les médecins largement concentrés dans les zones urbaines et dans le privé, alors que 60 à 70 % de la population vit en milieu rural."

Rajib Dragusta, chef du département de la santé à l’université de Delhi

à franceinfo

Les Ashas, piliers du système de santé

Pour pallier ce manque, le gouvernement compte sur le million d'Ashas, des assistantes sociales médicales qui travaillent dans les campagnes et les bidonvilles. Mais désormais elles manifestent partout dans le pays pour exiger une revalorisation salariale.

Les Ashas, des assistantes sociales médicales, exigent une revalorisation salariale, avril 2023. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

"Le gouvernement doit accepter nos revendications, s'insurge Zaiefa, l’une d’entre elle. Ce n’est pas exagéré ! Pendant le Covid nous avons travaillé nuit et jour, sans nous la situation serait très grave pour les familles qui n’ont pas accès aux centres de santé, ce serait une catastrophe." Car sans elles, c’est un pilier du système de santé indien qui s’effondre.

En Inde, un système de santé inégalitaire - le reportage de Farida Nouar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.