Incendies en Grèce : 30 000 personnes évacuées à Rhodes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Incendies en Grèce : 30 000 personnes évacuées à Rhodes
Article rédigé par France 2 - M. De Chalvron, L. Feuerstein, R. Schapira, A. Bocher, C. Theophilos, L. Pensa, B. Mingot, @RevelateursFTV, J. Montupet
France Télévisions
France 2
Fuir les flammes, c’est ce qu’ont dû faire plus de 30 000 personnes menacées directement par un incendie sur l’île de Rhodes. Les autorités ont pu les mettre à l’abri ou les évacuer de l’île, où un feu de forêt fait rage depuis cinq jours.

Certains n’ont même pas eu le temps de s’habiller, toujours en maillot de bain. Des centaines de personnes ont été jetées sur les chemins de l’île de Rhodes, évacuées à la va-vite, samedi après-midi 23 juillet pour échapper aux flammes. L’ordre d’évacuer a commencé à circuler en début d’après-midi, déclenchant une panique générale chez les touristes, le feu s’approchant dangereusement des sites touristiques. "Moi je me suis vu mourir, clairement. C’était un peu chacun pour soi", déclare Morgane Turillon, touriste française. 

Un incendie attisé par des vents forts et la canicule

Des milliers de touristes ont dû quitter leurs hôtels et leur plage dans la précipitation par tous les moyens possibles. Certains ont marché des kilomètres pour retrouver des bateaux réquisitionnés, afin de les faire partir au plus vite en lieu sûr, de jour comme de nuit. En tout, 30 000 personnes ont été mises à l’abri, d’après les autorités locales, et relogées dans l’urgence. Un incendie dévorant, déclenché il y a cinq jours maintenant, un mur de feu attisé par des vents forts et la canicule, désormais hors de contrôle. Le feu s’est rapproché de la côte et des zones touristiques. Les plages de Kiotari et de Lardos ont dû être évacuées.   

Les dégâts sont d’ores et déjà considérables. Le vent devrait se renforcer dans l’après-midi, et attiser encore les flammes. La lutte contre l’incendie prendra plusieurs jours, d’après les autorités locales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.