Paris 2024 : des chambres d’hôtel aux tarifs bien supérieurs à la norme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
JO de Paris 2024 : des chambres d’hôtel aux tarifs bien supérieurs à la norme
Article rédigé par France 2 - A. Girault-Carlier, M. Renier, E. Martin, M. Bornet, T. Donzel, A. Daubée, Drone : Bateaux-Mouches de Paris
France Télévisions
France 2
À 369 jours de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Paris 2024, pour ceux qui ont pu se procurer des billets, le moment est venu de se soucier de l’hébergement. La surprise peut être de taille côté tarifs : dans certains hôtels, le prix a été multiplié par sept.

Dans un an, tous les regards du monde seront tournés vers Paris. Une cérémonie des Jeux olympiques au fil de l’eau, dans un décor chargé d’histoire. Mais ce décor aura un prix : jusqu’à 2 700 euros le billet, rien que pour voir la cérémonie d’ouverture. "Je pense que ça sera fabuleux en vrai, mais je ne viendrai pas pour les JO. Ça coûte trop cher", estime Bram De Graaf, touriste britannique. Pour d’autres, la question ne se pose même pas. Ils sont prêts à mettre le prix, et même s’il faut parcourir 6 000 km pour y assister.  

Le tourisme pourrait rapporter jusqu'à 4 milliards d'euros

C’est le cas de Shannon Travis, un Américain amoureux de la France. Il a acheté une dizaine de places pour le foot, l’athlétisme, sans compter. Au total, il a dépensé plus de 4 000 euros. "C’est à la fois l’une de mes villes préférées et le plus grand événement sportif olympique, ce que j’ai toujours voulu voir. Je n’ai pas hésité une seconde à prendre ces tickets", explique-t-il.

Il lui reste juste à trouver un logement. Certains hôtels ont déjà ouvert leur planning de réservations pour l’événement. En cherchant à ces dates, on trouve des chambres à 4 800, ou 2 800 euros la nuit. Des tarifs bien supérieurs à la norme. Rien que pour le secteur du tourisme, les retombées économiques pourraient aller jusqu’à 4 milliards d’euros.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.