Grèce : Alexis Tsipras fait face à son propre camp

Alexis Tsipras a formulé ses propositions aux créanciers. Pour le Premier ministre grec, il faut maintenant convaincre le parlement. Clément Le Goff fait le point pour France 2.

FRANCE 2

Alexis Tsipras a  fait ses propositions aux créanciers. Des propositions qui vont dans le sens de l'austérité alors que le peuple grec s'est massivement prononcé contre lors du referendum du 5 juillet dernier. Ce vendredi 10 juillet, le Premier ministre grec doit convaincre le parlement et les soutiens d'Alexis Tsipras ne se trouvent pas à sa gauche. "C'est tout le paradoxe, les soutiens d'Alexis Tsipras viennent de droite et du centre. Impensable il y a quelques mois", souligne le journaliste Clément Le Goff avant de préciser que "les critiques venaient de son propre parti Syriza".

Déception

À Athènes, le virage effectué par Alexis Tsipras s'expliquerait par "la peur de sortir de la zone euro. La pression des créanciers et surtout Alexis Tsipras veut des contreparties et notamment la renégociation de la dette", explique le journaliste avant de conclure : "Ce soir beaucoup se sentent déçus, trahis et un rassemblement se tient devant le Parlement pour tenter d'influencer ce vote".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au Parlement grec le 27 juin 2015.  
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au Parlement grec le 27 juin 2015.   (DIMITRI MESSINIS / SOOC)