Bruxelles pose un ultimatum à la Grèce

Les discussions de l'Eurogroupe, ce dimanche 12 juillet, ont été tendues. La Grèce a jusqu'à mercredi pour voter ses réformes.

FRANCE 3

Ce dimanche 12 juillet, les discussions de l'Eurogroupe n'ont pas abouti. Un Grexit n'est pas exclu. Cette réunion a mis en évidence les dissensions du couple franco-allemand.
Ce matin, François Hollande et Angela Merkel ont accueilli ensemble et avec le sourire le président du Conseil européen. "Une image forte d'unité entre Paris et Berlin pour dissimuler des discussions au sommet qui s'annoncent en réalité très tendues", rapporte le journaliste de France 3.

Une lecture différente de la crise grecque

En arrivant à Bruxelles, la chancelière allemande déclarait qu'"il n'y aura pas d'accord à tout prix", estimant que la "confiance et la fiabilité" avaient été perdues. De son côté, François Hollande affirmait que la France "va tout faire pour trouver un accord ce soir permettant à la Grèce, si les conditions sont remplies, de rester dans la zone euro et permettant à l'Europe d'avancer".
Ce dimanche soir, ce sont les chefs d'Etat et de gouvernement qui doivent désormais trouver une solution pour sortir de l'impasse.

Le JT
Les autres sujets du JT
La chancelière allemande, Angela Merkel, discute avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, sous les yeux de François Hollande (de dos), le 12 juillet 2015 à Bruxelles (Belgique).
La chancelière allemande, Angela Merkel, discute avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, sous les yeux de François Hollande (de dos), le 12 juillet 2015 à Bruxelles (Belgique). (JOHN MACDOUGALL / AFP)