Cet article date de plus de cinq ans.

Naufrage : un nouveau drame majeur en Méditerranée ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Naufrage : un nouveau drame majeur en Méditerranée ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Selon les témoignages de plusieurs migrants, des centaines de personnes se sont noyées au large de la Libye. L'ONU prend cette affaire au sérieux.

41 migrants - des Somaliens et des Éthiopiens - ont été secourus en pleine mer et sont désormais réfugiés à Kalamata en Grèce. Plusieurs d'entre eux font un récit terrible de leur voyage : au large de la Libye, un terrible drame se serait noué. Et d'après l'ONU, tous les témoignages concordent.

Partis de Tobrouk en Libye, les migrants auraient rejoint en pleine Méditerranée un autre bateau, peut-être parti d'Alexandrie en Égypte. Pendant le transfert de la première embarcation à l'autre, l'horreur se serait produite. Le gros bateau aurait chaviré avec peut-être 500 personnes à bord. "J'ai vu beaucoup d'amis et de familles qui criaient 'Aidez-nous, aidez-nous'. Ils appelaient à l'aide, mais personne ne pouvait les aider parce qu'à ce moment-là, chacun d'entre nous pensait à sauver sa propre vie", raconte Abdul, un rescapé.

La route "la plus dangereuse"

Les départs de bateaux depuis la Libye et l’Égypte se multiplient ces dernières semaines. C'est une des conséquences de la fermeture de la route migratoire vers la Grèce. Mais la voie entre la Libye et l'Italie est très risquée. "Elle est beaucoup plus longue que la traversée entre la Turquie et la Grèce. Elle est de loin la plus dangereuse. Sur l'année dernière, on a plus de 2 000 morts strictement sur cette route", confie à France 2 Fabienne Lassalle, vice-présidente de SOS Méditerranée. S'il est confirmé, ce drame ferait tristement écho au plus meurtrier des naufrages recensés en Méditerranée il y a un an : 800 personnes avaient péri au large des côtes libyennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Naufrages en Méditerranée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.