Cet article date de plus de cinq ans.

Menace terroriste en Belgique : contraints au silence, les internautes tweetent des photos de chats

Le hashtag #BrusselsLockDown est devenu une collection impressionnante de lolcats.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue générale des photos postées sur Twitter avec le hashtag #BrusselsLockDown, dimanche 22 novembre 2015. (TWITTER)

On leur demande de ne rien dire et de ne rien montrer, les internautes obéissent à leur manière. Alors que des opérations de police en lien avec "la menace terroriste" sont en cours en Belgique, notamment à Bruxelles et Charleroi, dimanche 22 novembre, dans la soirée, les internautes tweetent... des photos de chats. Histoire de noyer les éventuels messages qui donneraient des informations sur les actions en cours, sur le hashtag #BrusselsLockDown

>> Menace terroriste en Belgique : suivez notre direct

Peu après 21 heures, les autorités belges ont appelé journalistes et internautes à rester prudents et à ne donner aucun détails sur les lieux des opérations et sur les moyens engagés.

Si, dans un premier temps, on a encore vu passer des tweets et des photos géolocalisés ou donnant des détails sur les déploiements de policiers, ils ont rapidement été remplacés par des lolcats. 

Diffusion suspendue pour les médias

Les médias, de leur côté, ont arrêté la couverture en direct des événements. La RTBF diffuse une édition spéciale qui tient en quelques flashs très succincts entrecoupés de plages de musique. Le Soir a suspendu son live. 

L'alerte maximale (4/4) a été maintenue tout le week-end à Bruxelles. Elle a été prolongée pour lundi : écoles et métro resteront fermés toute la journée. Le reste du pays reste concerné par une alerte de 3/4. Les autorités sont toujours à la recherche de Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir pris part aux attentats qui ont fait 130 morts à Paris le 13 novembre dernier. Les enquêteurs sont également sur la trace d'autres personnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.